logo-mini
UE

Suspension des relations bilatérales avec l’UE : Quel impact économique réel? 


Partager

UE

Les invités : Hassan Benabderrazik, Membre de la Commission Accords de Libre Echange – Accords commerciaux et UE à la CGEM, Ali Kairaouani, Juriste, Fatiha El Ayadi, Membre de la Commission Parlementaire Maroc – Union Européenne et Mohamed Benmoussa, Economiste et membre du bureau exécutif du Mouvement Damir

Après l’épisode douloureux entre le Maroc et la France, c’est aujourd’hui entre le Maroc et l’Union Européenne que le froid s’installe. L’Union Européenne qui n’est pas moins que le premier partenaire économique du Royaume ; d’où l’inquiétude, aujourd’hui très grande, sur l’impact réel de la rupture des relations suite à l’annulation en décembre, par la Cour de Justice Européenne, d’un accord agricole conclu avec l’UE. Le Maroc estime, en effet, que la décision de la justice européenne est à caractère hautement politique et contraire au droit international. La suspension des relations bilatérales entre le Maroc et l’UE est effective depuis le 25 Février dernier ; elle a été annoncée par le porte-parole du gouvernement sur décision du Roi. « Le Maroc, je cite, ne saurait accepter d’être traité en simple objet d’une procédure judiciaire, ni réduit à être ballotté entre les différents services et institutions de l’UE.Rabat veut des garanties solides pour que cet incident ne se reproduise plus dans le futur car, je cite toujours le communiqué officiel, la question du Sahara est, pour nous, une question existentielle et non négociable ».

De son côté, le Conseil de l’Union Européenne a fait appel de l’annulation de l’accord objet du désaccord et par ailleurs dans un communiqué, l’UE affirme je cite, qu’elle restera en relation avec les autorités marocaines et être prête à fournir les clarifications et assurances complémentaires pour répondre aux préoccupations du Maroc, afin que les contacts et la coopération puissent être pleinement rétablis dès que possible. Fin de citation.

Si cet épisode de froid diplomatique pose la question de son impact sur l’économie du Royaume, il remet sur la table, plus largement, la question de la diversification des échanges. Un questionnement qui a commencé avec la crise financière et économique dans laquelle ont littéralement plongé les principaux partenaires économiques du Royaume et dont ils se remettent tant bien que mal. Le Maroc s’est, d’ailleurs et à juste titre, tourné vars les pays d’Afrique mais ne se doit-il pas d’explorer de nouvelles pistes notamment avec des pays d’Amérique et d’Asie ?

Par ailleurs, si les relations bilatérales entre le Maroc et l’Union Européenne tardent à se rétablir, que perd le Maroc et que perd l’UE ? Et, au final, convient-il dans ce cas de traiter l’UE comme un tout cohérent ; l’est-ce vraiment ? L’Union Européenne, est-ce un Etat ou 28 ? C’est le débat que nous ouvrons cet après-midi avec nos invités dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

cinq + 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.