logo-mini
humanitaire

Sommet humanitaire mondial à Istanbul : un nouvel espoir pour améliorer l’aide aux victimes de conflit?


Partager

humanitaire

C’est la première fois que l’ONU consacre un sommet mondial à l’action humanitaire. Ce sont au moins 110 pays qui sont attendus à Istanbul les 23 et 24 mai, dont le Maroc.

Objectif : trouver des moyens plus efficaces de faire face à des crises de plus en plus aiguës, selon un responsable onusien.

Mais un sommet qui laisse dubitatif et ne suscite que très peu d’espoir, au point que même les grands titres de la presse internationale l’ont quasiment passé sous silence.

Du côté du Maroc, pourtant on prend ce sommet très au sérieux. C’est le Prince Moulay Rachid qui devrait faire  d’ailleurs le déplacement en Turquie. Le Maroc devrait y exposer les efforts et contributions de notre pays dans l’allègement des souffrances de nombreuses populations à travers la planète.

Si de nombreux pays ont répondu à l’appel, ils sont tous aussi nombreux à ne pas participer à ce sommet, le premier du genre, l’ONU comptant en son sein 193 Etats membres.

Par ailleurs, de nombreuses ONG en première ligne lors des conflits doutent de la pertinence de cette manifestation. MSF par exemple, qui n’y participera pas, pointe du doigt un sommet pour rien. Car au-delà des belles paroles, il s’agit de s’interroger sur la contribution véritable d’un sommet mondial.

Cette manifestation à Istanbul pourra-t-elle changer la donne et redistribuer les cartes en faveur des victimes ? En tout cas, la Suisse, quant à elle s’est beaucoup engagée en faveur de ce sommet mondial pour l’action humanitaire. Le pays est, on le rappelle, dépositaire des conventions de Genève et abrite le siège du CICR, et du mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge. À cet égard, la Suisse promet qu’elle rappellera l’obligation des gouvernements à respecter et faire respecter les conventions de Genève jusqu’ici très malmenées!


Poster un Commentaire

1 + 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.