logo-mini
automobile

Le secteur automobile est-il sur la bonne route?


Partager

automobile

Invités : Tajeddine Bennis, Président du Collège Industrie au sein de l’Association Marocaine pour l’Industrie et le Commerce de l’Automobile (AMICA), Omar El Yazghi, Président du Directoire de MedZ, Salim Rabbani, Fondateur et directeur de Soliman Conseil, Youssef Masrour, Chef de la Division de la formation en cours d’emploi au Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, Nadia Benabdeljalil, Professeur des sciences de gestion à l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs et Alain Piveteau, Economiste chercheur à l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement)

Dans un contexte économique marqué par l’incertitude, une chose est sûre, le secteur automobile va bien. Les immatriculations, la production et les exportations ; les trois indicateurs étaient au vert en 2015. Les immatriculations ont grimpé de 8.1%, les exportations se sont chiffrées à 50 milliards de Dirhams soit une augmentation de 20% par rapport à 2014 et pour la production, 330.000 voitures.

Le ministère de l’économie et des finances avait d’ailleurs affirmé dans un rapport publié il y a quelques mois que l’industrie automobile renforçait son positionnement dans la chaîne de valeur mondiale de l’automobile. Le ministère s’était appuyé pour cela sur les performances du secteur, je cite, jugées remarquables, enregistrées au cours des dernières années offrant au Maroc une part de marché autour de 35% et une deuxième place sur le podium africain des producteurs de véhicules en Afrique après l’Afrique du Sud.

Et à en croire les professionnels du secteur, l’industrie automobile a encore de beaux jours devant elle. Pour 2020, il est en effet attendu, selon l’Association Marocaine pour l’Industrie et le Commerce Automobile, que le nombre de sites de production passe de 170 à 250 en 2020, que la capacité de production passe de 400.000 actuellement à 1 million à l’horizon 2020 et que le chiffre d’affaires du secteur passe de 50 Milliards actuellement à 100 Milliards dans 5 ans.

Et si, à l’échelle nationale et continentale, le Maroc est bien positionné, il est des efforts encore à faire pour un meilleur positionnement à l’échelle mondiale. Le Maroc peut en effet profiter de l’essor d’une industrie automobile mondiale enregistrant un chiffre d’affaires annuel de 2000 milliards de d’euros et pour lequel est prévue une embellie moyenne annuelle du taux de croissance autour de 5%.

Nous ouvrons le débat donc cet après-midi sur le secteur automobile marocain, ses forces et ses pistes d’amélioration. Comment est-il devenu le premier secteur exportateur national ? Autant de questions que nous poserons tout de suite à nos invités.


One comment

Poster un Commentaire

onze − deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.