logo-mini
Réseaux sociaux

Réseaux sociaux : Caisse de résonance de la citoyenneté 2.0?


Partager

Réseaux sociaux

Est-ce la loi des séries ou la loi des réseaux sociaux qui fait que, ces derniers jours, trois événements ont pris des dimensions sociales et médiatiques de grande ampleur ?

Il est vrai, qu’indépendamment de la médiatisation de la chose, l’abus est palpable et il est réel dans chaque cas. L’affaire du Caïd de Daroua, celle de la querelle sanguinaire entre une actrice marocaine et une jeune fille d’une vingtaine d’années dans une administration et plus récemment, dans un registre beaucoup plus dramatique puisque mortel, le décès d’une marchande de galettes après s’être immolée par le feu devant le bureau d’un caïd contre ce qu’elle a vécu comme étant « hogra ».

Mais mis à part la violence, ces événements ont une particularité et un dénominateur commun, qui est qu’ils ont, les trois, été relayés à grande échelle sur les réseaux sociaux, Facebook et Youtube notamment. Par la magie du « like » et du « partage », des photos et des vidéos font, en quelques heures, le tour du Maroc et franchissent même les frontières du Maroc pour révéler au grand jour un visage du Maroc et des marocains qui fait mal à voir.

Les réseaux sociaux deviennent, en effet et par la force des choses, le miroir d’une société et, plus que cela, un pouvoir d’un nouveau genre entre les mains des citoyens. Un pouvoir dont, d’ailleurs, ils hésitent de moins en moins à faire usage. C’est le pouvoir de la communication instantanée. Une communication 2.0 dont ils ne sont pas uniquement les récepteurs comme c’est le cas des médias classiques ; avec internet et les réseaux sociaux, le citoyen devient aussi émetteur et source d’information.

Les réseaux sociaux deviennent une plateforme logistique hors-normes. Très vite, l’information circule et fait le tour du monde et les citoyens s’organisent. Les soutiens, les protestations et les indignations n’ont jamais été aussi faciles à collecter et les pétitions à être signées. Les réseaux sociaux offrent au citoyen un pouvoir d’action inégalable et un pouvoir d’influence sur la chose publique jamais espéré.

Mais si les réseaux sociaux ont cela de puissant de permettre d’exercer une pression sur les décideurs qui se sentent scrutés et jugés, quels sont les limites du monde virtuel qui ne l’est peut-être pas autant finalement ? Les réseaux sociaux sont-ils un pouvoir ou un contre-pouvoir ? Est-ce un outil démocratique ou est-ce une dictature d’un nouveau genre ? Les réseaux sociaux sont-ils influents ou manipulateurs ? Jusqu’à quel point les réseaux sociaux reflètent-ils la réalité de la société et des acteurs qui la font ? Les réseaux sociaux sont-ils un réservoir des idées des citoyens ? C’est le débat que nous ouvrons cet après-midi avec nos invités dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

3 × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.