logo-mini
crédit

Quel plan d’action pour relancer le crédit?


Partager

crédit

Les invités : Hassan Benhalima, Responsable de la Direction de supervision bancaire à Bank Al Maghrib, Fadel Agoumi, Directeur délégué de la CGEM, Kamal Tazi, Professeur universitaire spécialiste en économie monétaire et en finances des marchés et Redouane Mfaddel, Chroniqueur Luxe Radio chargé des questions géopolitiques

Le ralentissement des crédits inquiète et l’heure est à la mobilisation pour tenter d’inverser la vapeur. Car malgré la décision de la Banque Centrale d’abaisser à deux reprises le taux directeur, la courbe continue de baisser. En 2015, les performances du crédit bancaire affichaient une très timide embellie de 0.5% et en 2016, selon les prévisions de Bank AL Maghrib, la performance ne devrait pas dépasser les 3%.

Et alors que les banquiers pointent une baisse des demandes de crédits, la CGEM est venue récemment avec un rapport exposant la difficulté qu’ont les PME opérant dans des secteurs qui se trouvent être prioritaires, à obtenir des crédits bancaires ; les rejets seraient de plus en plus fréquents. D’un côté donc, des banquiers qui avancent que le problème n‘est pas tant l’accès au financement qu’un manque de fonds propres et de structure dont souffrent les TPME. De l’autre, celles-ci qui dénoncent le trop de garanties, notamment les cautions, demandées aux TPME en contrepartie du déblocage des crédits.

Fin janvier, d’ailleurs, le sujet était au centre d’une réunion entre le wali gouverneur de Bank Al Maghrib, le Groupement Professionnel des Banques du Maroc et la CGEM. Les premières actions proposées par la BAM consistent à soutenir le financement des entreprises notamment en adoptant une approche sectorielle. Car tous les secteurs ne sont pas touchés de la même manière et par la même force par les problèmes de financement. Il a été décidé, par ailleurs, de créer une commission regroupant la BAM, la CGEM, le GPBM, la CCG et Maroc PME et qui sera chargée de soumettre des propositions de mesures concrètes à même de relancer les crédits à l’investissement à l’adresse des TPE et PME.

Si le ralentissement du crédit bancaire est assez récent, il était certes prévisible, et ses racines sont à chercher dans la crise économique et financière qu’a connu le monde en 2008 et dont les effets ont commencé à se ressentir sur l’économie nationale à travers un repli des transferts des MRE mais aussi des recettes touristiques et de la baisse de la demande extérieure adressée aux entreprises marocaines.

Quelles sont, au final, les causes de la décélération du crédit bancaire ? Quelles mesures sont-elles susceptibles de relancer les crédits ? La bourse est-elle la solution ? Quels secteurs sont-ils à favoriser dans les solutions de financement ? La révision des taux d’intérêt est-ce une solution ?


One comment

    • Benchekroun Mohamed-
    • 24 février 2016 at 10:57-

    Merci énormément pour votre émission Mr mehdi, vos invités spécialistes apportent des éclairages très intéressants sur les sujets économiques de notre pays et ont terminé le débat sur le sujet des banques participatives, ce qui nous a laissé un peu sur notre faim.
    De ce fait, est ce que vous ne voyez pas opportun de faire une émission à ce sujet, surtout à l’aube du démarrage de ce type de banques et inviter entre autres Mr KETTANI Omar que certainement vous connaissez.

    Vous êtes des pro.

    Très bonne continuation.

Poster un Commentaire

deux × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.