logo-mini
faits divers

Le poids des faits divers dans la campagne électorale


Partager

faits divers

Les invités : Laila Ouachi, Spécialiste en communication d’influence, Driss Jaydane, Chroniqueur Luxe Radio chargé des questions philosophiques, Jean Zaganiaris, Enseignant chercheur en sociologie, Marouane Harmach, Consultant en veille médiatique et communication digitale et Zakaria Choukrallah, Rédacteur en chef de Telquel.ma

Pierre Bourdieu résumait les faits divers à des faits qui font diversion. Certes, mais les faits divers n’en restent pas moins des faits. Et le vrai problème serait, en ce sens, pas plus le fait de relayer un fait divers, que la capacité d’aller au-delà de la simple diffusion du fait, à savoir, la capacité de l’analyse du fait pour sa bonne compréhension.

La capacité, devant le fait rapporté, de faire preuve de retenue et de prudence. D’où l’usage du conditionnel que nous observerons tout au long du débat à suivre, à la citation de quelques uns des faits divers qui secouent la scène politique depuis bien des semaines au Maroc, soit à l’approche des élections prévues en Octobre prochain.

Mais ceci n’est pas spécifique au Maroc. En France, aux Etats-Unis et un peu partout ailleurs dans le monde, les campagnes électorales sont bien souvent rythmées par une succession de faits divers souvent aussi suivis de théories du complot dénonçant une supposée volonté d’influencer l’opinion publique en faveur d’un candidat ou d’un parti politique.

Scandale écologique, scandale foncier ou encore scandale sexuel frappant de plain fouet l’élite politique en période électorale ; Si les faits, sont pour certains avérés et, pour d’autres, entre les mains de la justice, ces faits voient-ils le jour pour un souci de transparence vis-à-vis des citoyens ou par une volonté de manipulation ? La question mérite d’être posée.

À se demander si les faits divers ne parviennent pas à éclipser finalement et totalement les élections. Est-ce une parmi plusieurs stratégies psychologiques de diversion visant à détourner l’attention des citoyens, des électeurs, de l’essentiel, à savoir le programme électoral des uns et des autres ? Et au final, les faits divers sont-ils là pour la diversion ou carrément pour la manipulation ? Entre les deux, il est vrai, il n’y a qu’un pas. Car la diversion est, par définition, l’acte volontaire de détourner l’attention du public d’un problème ou d’un autre. Parfois plusieurs problèmes à la fois, faisant du public et des médias, sans qu’ils ne le sachent où qu’ils ne le veuillent, des acteurs de diversion et/ou de manipulation.

Comment s’empêcher, par ailleurs, de faire la parallèle avec la liste des « Dix Stratégies de Manipulation » élaborée par le linguiste nord-américain Noam Chomsky. Dans la liste, on retrouve notamment, la distraction dans une volonté de contrôle social. Créer des problèmes, puis offrir des solutions, soit la méthode dite du « problème-réaction-solution ». S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge. Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion ou encore maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise.

Le fait divers a-t-il une fonction d’information, de diversion, de manipulation ou simplement de délivrer un spectacle permanent visant à assouvir des pulsions de voyeurisme chez un public assoiffé de sensationnel ?

Par ailleurs et au-delà d’un voyeurisme supposé, le public ne trouve-t-il pas tout simplement dans les faits divers un écho de son quotidien ? Car les histoires de corruption, d’adultère et autres, faut-il le rappeler, sont au cœur de la vraie vie. Alors que les discours politiques sont parfois pointés pour être creux, pour manquer de consistance et pour étant éloignés des vraies préoccupations des citoyens.

Mais cet argument, si même il s’avérait recevable, justifierait-ils qu’au moment de choisir son élu en son âme et conscience, l’esprit d’un électeur soit bien plus influencé par un fait divers que par un programme électoral proposant des solutions concrètes à des problèmes d’ordre économique, social et sociétal ? C’est le débat que nous ouvrons cet après-midi avec nos invités dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

13 − 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.