logo-mini
démocratie

Comment peut-on repenser l’avenir de la démocratie?


Partager

démocratie

Invités : Said Alj, professeur universitaire, Salah El Ouadie, philosophe et président fondateur du Mouvement Damir, Jean Zaganiaris, Sociologue et enseignant chercheur à l’EGE Rabat et Aziz Chahir, enseignant chercheur en sciences politiques.

Le débat de cet après-midi porte sur une question philosophique : Repenser la démocratie. Si on considère que la démocratie est censée permettre au peuple de déléguer son pouvoir, à la base individuel, de manière à ce qu’il soit exercé de façon collective, il y aurait sans doute des choses à revoir, dans la démocratie même, dans sa définition et/ou dans sa pratique.

La démocratie, cet idéal paradisiaque auquel les citoyens, le peuple, semblent croire de moins en moins et l’expriment, notamment, par une participation aux élections de plus en plus faible. Si une bonne partie de la population n’a plus confiance en ses élus, cela révèle-t-il que notre système démocratique est en crise ? Faudrait-il, de ce fait, imaginer un autre modèle démocratique ?

Imaginer un autre modèle démocratique, à supposer que la démocratie soit le meilleur système politique. Et justement, depuis que l’on se réfère à la théorie démocratique, des désaccords existent et persistent sur la place à accorder à des principes clés de la démocratie, comme la liberté et l’égalité. Des désaccords mais aussi des interrogations sur les fondements mêmes de la théorie démocratique.

Car la démocratie suppose une large concertation avec l’ensemble des composantes de la société dans l’élaboration des politiques publiques. La démocratie, comme son idéal l’entend, suppose de mettre le citoyen au centre de toutes les décisions en l’incluant et en le faisant participer davantage à toutes les échelles de la société.

Et si la démocratie et des idéaux est questionnée, c’est aussi, et peut-être même par ricochet, la notion de peuple et de citoyenneté qui est à interroger. Car un des fondements majeurs de la démocratie est la souveraineté populaire. Mais le citoyen devenu, au fil du temps, un consommateur représenté, non pas par des hommes politiques mais par des professionnels du marketing politique, porte-t-il autant en lui l’idéal démocratique ?

Par ailleurs et si les débats sur la démocratie sont souvent présentés comme philosophiques, faut-il forcément être philosophe pour être démocrate ? La démocratie est-elle, comme la présente, une des théories philosophiques, la moins mauvaise des utopies ?

Qu’est-ce qu’une société démocrate ? Une société démocrate est-elle forcément juste ? Les Etats proclamés ou autoproclamés démocrates, mettent-ils réellement en pratique les principes clés qui constituent le socle de la démocratie, le respect des droits de l’homme, la concertation avec le peuple, la répartition des richesses, l’égalité ou encore la liberté ? C’est le débat que nous ouvrons tout de suite avec nos invités dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

2 × quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.