logo-mini
modèle économique

Quel modèle économique pour le Maroc?


Partager

modèle économique

Les invités : Mohamed Benmoussa, Membre du Conseil National du Parti de l’Istiqlal, Abdelahad El Fassi, Membre du Bureau Politique du PPS, Samir Belfkih, Député PAM et Professeur universitaire, Abdennbi Aboularab, Premier vice-président de l’arrondissement de Roches Noires pour le PJD, Mekki Zouaoui, Professeur d’économie à l’Université Mohamed V de Rabat

À l’heure où le taux de croissance économique atteint un plus bas, que le taux de chômage ne cesse de grimper et que le compte à rebours en vue des législatives est en marche, le modèle économique marocain est peut-être aujourd’hui plus que jamais en question. Est-il adapté aux conjonctures nationales et internationales actuelles, faut-il le réadapter, le réajuster ou carrément le bannir ? C’est le débat que nous ouvrons avec nos invités cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.

Dans plusieurs de nos débats, le modèle économique marocain a été pointé par des analystes et des observateurs, pour manquer de pistes de diversifications de ses relais de croissance et pour être lent, très lent même, à opérer une sorte de transformation structurelle jugée nécessaire, et même vitale, dans un contexte mondial marqué par, justement, une reconfiguration profonde imposée par des années de crise et de récession.

Dans ce contexte, l’un des grands handicaps de l’économie nationale est certainement sa force concurrentielle à l’échelle mondiale. Car si pendant de longues années le Maroc a pu se prévaloir d’un statut privilégié avec ses partenaires traditionnels, renforcé dans cela par un positionnement géographique avantageux et une stabilité faisant office d’exception dans la région, force est de constater que depuis quelques temps, cela ne suffit plus. Car d’autres sont venus présenter au monde des avantages concurrentiels de taille, à l’image des Brics notamment, des avantages au charme duquel même nos partenaires traditionnels n’ont pas pu résister. Que faisons-nous alors pour rattraper un train en marche à une vitesse difficilement rattrapable ?

Plusieurs programmes et plans sectoriels de grande envergure ont été lancés pour l’agriculture notamment, mais aussi pour la pêche, le tourisme, l’industrie mais également en faveur des PME pour booster leur productivité et leur compétitivité à l’échelle régionale et mondiale. Mais est-ce un coup d’épée dans l’eau que de s’engager sur des programmes de telle ampleur, s’étalant sur autant d’années et nécessitant autant d‘investissement ? Sommes-nous dans la retouche alors que le modèle-même de développement économique qui est le nôtre est à revoir de fond en comble ?

Quelle est la particularité du modèle économique marocain ? Quelles sont ses forces sur lesquelles le Maroc peut encore capitaliser et quelles sont ses limites ? Les limites sont-elles déjà atteintes ou y a-t-il encore de la marge ? Quel modèle économique pour le Maroc ? Place au débat.


Poster un Commentaire

trois − 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.