logo-mini
méduse

La méduse nouvelle star de nos assiettes


Partager

méduse

Coup d’œil sur une nouvelle tendance gastronomique tout droit venue d’Asie : La méduse. Et oui, cette petite bête noire fait désormais sensation en Chine et au Japon. Elle y est d’ailleurs surnommée la succulente, et serait consommée à raison de 13 tonnes par an au pays du soleil levant. On en retrouve dans les nems, les sushis et même dans les soupes…

Aujourd’hui, on la retrouve de plus en plus vendue dans les épiceries  asiatiques sous forme séchée, car toutes les espèces retrouvées en mer ne sont pas comestibles. Celle que l’on peut déguster se trouve près des côtes asiatiques et se nomme Rhopilema Esculeutum. Elle est de petite taille et dotée d’une cloche orange translucide.

Pour la consommer, Il suffit donc de la réhydrater, comme on le ferait pour des champignons, et si l’on a l’âme de cuisinier, nous pourrions l’introduire à de nombreuses salades, découpée en lanières et marinée dans une sauce sucrée acidulée pour compenser son goût assez fade. Son plus, c’est plutôt sa texture croquante et caoutchouteuse, un peu comme un champignon noir. C’est très agréable en bouche ! Sans oublier son aspect peu calorique qui conviendrait parfaitement à votre programme minceur. En effet, avec 95% d’eau et 5% de protéines, vous avez de quoi remplir la pense et vous régaler, sans risquer des kilos en trop.

Si vous avez déjà été piqué par la bestiole et que vous avez décidé de vous venger, œil pour œil, dent pour dent, mettez-vous aux fourneaux ! Commencez donc par couper les parties urticantes de vos méduses, et nettoyez la chair orangée. Ensuite, asséchez-les avant de les découper en fines tranches, pour pouvoir les accommoder délicieusement à vos préparations.

Inspirez-vous alors de l’auteure et créatrice culinaire Linh Lê qui en décline des recettes dans son livre « Vietnam exquis », une cuisine en ciel et terre.

La bloggeuse et auteure explique qu’en découpant les méduses en tranches, elles libèrent leur eau. Il suffit de les assaisonner avec un peu de poivre et de citron, puis de les croquer sans vergogne à l’apéro.

Plus exotique, on peut aussi préparer une salade comme celle que décrit Linh Lê dans son livre. Elle les plonge dans du vinaigre blanc et du sucre, avant de les intégrer dans une salade « qui ressemble peu à celle dont on garnit un rouleau de printemps ».

L’idée est de cuire les méduses, en les faisant blanchir pendant 5 à 7 minutes  jusqu’à ce qu’elles deviennent élastiques et transparentes, telles la chair de coco.

On les trempe ensuite dans  du vinaigre blanc et on les assaisonne de sucre, pour ensuite les introduire à notre salade, composée de concombre, coupés dans le sens de la longueur, des carottes détaillés en allumettes, des tranches fines de viandes, de crevettes décortiqués et cuites dans de l’eau bouillante salée, et des oignons dorées dans un peu d’huile. Le tout est mélangé et assaisonné d’une sauce à base de jus de citron vert, de nuoc-mâm et de sucre, puis disposé joliment au centre d’un plat creux, avant d’être décoré d’une botte de coriandre vietnamienne.


Poster un Commentaire

deux × un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.