logo-mini

Médecine légale : Quel encadrement juridique ?


Partager

Les invités : Hicham Benyaich, Professeur de médecine légale à la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, Jamal Abbassi, Vice Président de l’Association Marocaine de Médecine Légale, Salima Bakouchi, Avocate au Barreau de Casablanca et Najia Rguibi, Pharmacienne – journaliste

Au Maroc, la médecine légale est une spécialité pas très connue de tout le monde. Pour certains, elle est même un peu négligée. Et pourtant, l’on doit beaucoup à cette branche de la médecine. Elle permet, en effet, dans bien des cas, d’arriver jusqu’à l’auteur de crimes facilitant ainsi le travail des juges et participant, pour les plus idéalistes, à l’édification d‘une justice, peut-on dire, encore plus juste et équitable pour tous. La médecine légale est, pour reprendre un célèbre juriste français, ce pont dressé entre le droit et la médecine et qui participe à la sûreté de nos concitoyens et à l’indemnisation des victimes, tant pénales que civiles.

Très sollicitée au Maroc comme à l’étranger, la médecine légale est souvent pointée pour un encadrement jugé discutable pour ne pas dire déficient. Son financement serait faible et non-adapté.

Qui sont les médecins légistes ? Quelle formation ont-ils suivi et, surtout, pourquoi les médecins légistes ne sont-ils pas inscrits dans le tableau des experts ?

Pour les plus pessimistes, ou doit-on dire réalistes, la médecine légale au Maroc manque de tout. Le Conseil national des droits de l’Homme s’était d’ailleurs penché sur le cas de la médecine légale.

De son enquête est ressorti un rapport sur un secteur qui souffre, justement, de nombreux dysfonctionnements, à leur tête un manque crucial de professionnels mais aussi une absence de traçabilité des certificats médico-légaux dans certains hôpitaux du Maroc.

L’enquête du CNDH avait recommandé la création d’un Institut national de la médecine légale qui aura pour mission de concevoir le cadre légal et la réglementaire régissant les activités médico-légales. Le Conseil avait appelé également à la création de services de médecine légale dans les CHU.

Nous ouvrons donc le débat cet après-midi dans Avec Ou Sas Parure autour de la médecine légale au Maroc. Ses champs d’application, la formation de ses professionnels, le cadre légale de l’exercice, le financement des actions de médecine légale et les pistes à explorer pour une meilleure structure du secteur.


Poster un Commentaire

un + dix-huit =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.