logo-mini
football

Mauvais rebondissements du football marocain


Partager

football

Ça ne tourne pas rond sur la planète football au Maroc! On se serait laisser penser à une débâcle des lions de l’Atlas mais loin de là, l’équipe nationale se porte correctement et est même qualifiée pour la CAN 2017 au Gabon avant deux journées encore à jouer.

Mais qu’est-ce qui ne tourne pas rond finalement? La Botola Maroc Telecom. Depuis la saison 2015/16, des millions de dirhams ont été promis par l’opérateur téléphonique pour apporter fond et qualité à notre football. Un contrat de sponsoring qui rapporterait près de 33 millions de dirhams annuels, signé entre la FRMF et Maroc Telecom. Après quelques mois d’exercice, le bilan est vite dit. Nos stades restent peu accueillants et faiblement attrayants. Nos équipes offrent un jeu souvent calculé et peu séduisant. Nos clubs refusent de passer en statut de SA en préférant s’accrocher à leur forme associative source de gestion hasardeuse. Trois jeunes ont trouvé la mort lors d’un match de football. Nos terrains vivent des matchs à huis clos. Nos dirigeants démissionnent ou menacent de le faire… bref une situation très contestable avec, pour alimenter la polémique, un corps arbitral sous les feux de la critique. Et pour cause, lors d’un WAC de Casablanca et MCO d’Oujda, les deux équipes ont livré un combat digne et équilibré. Les Oujdis ont ouvert le score puis bétonné leur défense. Les Wydadis se sont lancés à l’assaut du keeper oujdi de la plus belle des manières. Jusque-là tout allait bien. À 15 minutes de la fin, l’arbitre s’est laissé emporter dans un engrenage de distribution de cartons jaunes et rouges dont deux exclusions simultanées puis une troisième agrémentée par celle de l’entraîneur puis de deux autres joueurs dans les vestiaires. Monsieur l’arbitre est un juge du football. Sa décision est à respecter. Seulement des questions s’invitent au débat. Les arbitres sont-ils prêts à officier dans des circonstances extrêmes ? Les arbitres ont-ils été soutenus psychologiquement pour préparer de tels rendez-vous ? L’arbitre doit-il être aussi le régulateur de telles tensions ? L’arbitre a-t-il un rôle de baromètre des rencontres sensibles ? L’arbitre doit-il être dans le respect de la loi puis surtout de son esprit ? Les Oujdis ont été très affectés en fin de rencontre car ayant perdu la rencontre à cause d’un arbitrage douteux disent-ils mais aussi se retrouvent sans joueurs clés pour deux prochains matchs. À Oujda même, le public du MCO a fait savoir son désaccord en manifestant hier contre la FRMF…


Poster un Commentaire

5 × deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.