logo-mini

Le temps est-il de l’argent?


Partager

Le temps, c’est de l’argent, combien de fois avez-vous entendu ce poncif ? Des pubs faites pour vous faire épargner, le reprennent même ces derniers temps, avec une campagne de marketing direct affolante ayant fait le buzz en France, tellement ça parle à tout le monde, cette affaire.

Et je me pose la question : dans ce monde de plus en plus technocratique, où le travail et surtout, le succès, constitue la valeur des choses, où de plus en plus on s’habitue à l’idée de demander aux gens, plus ou moins directement fonction des sociétés, combien ils pèsent en thunes, en pognon, en flouz, bref, en oseille, est-ce que cette histoire de temps qui serait de l’argent augmente ou pas notre indisponibilité les uns aux autres ? Parce que généralement, quand on utilise cette expression, c’est pour vous dire que vous n’avez pas intérêt à nous en faire perdre, du temps / argent.

Mon papa, quand j’étais petite, avait une expression que j’aimais bien : il ne faut pas perdre sa vie à la gagner. En discutant l’autre soir avec une copine, elle me disait que le sien lui avait dit que l’argent, il fallait l’avoir dans la main, pas dans le cœur. Et je crois que concrètement, pas mal de gens de la génération de nos parents avaient ces convictions-là, non ? Qu’est-il arrivé au monde, exactement, pour que 30-40 ans plus tard, les inégalités entre riches et pauvres aient explosées et l’argent soit devenu roi ?

Moi non plus, merci Leny Escudero de nous le rappeler, dès 1993, encore. Il est mort cette année, en octobre, mais son humanité reste avec nous. Déjà, il y a 20 ans, on sentait donc la tendance. Faut dire aussi que, du point de vue des Bisounours, ça pose peut-être problème, mais pour un technocrate, c’est une mesure des choses objective. Ainsi, nombreuses sont les institutions à mesurer l’évolution du coût de la vie de manière « objective », sans biais dû à l’inflation, en calculant combien de temps il faut travailler pour s’offrir un pain ou un appartement. De là à ce que le temps devienne de facto l’argent, il n’y a qu’un pas, que la science-fiction a franchi il y a quelques années avec un film, reprise d’un golden oldie des années 70, Time Out, dans lequel, passé 25 ans, les gens ne vieillissent plus mais où le temps est effectivement de l’argent et ils en ont zéro au départ, charge à eux de trouver un emploi qui leur rapporte plus de temps qu’il ne leur en coûte.

Et là, tout d’un coup, une question se pose : le temps de vie, oui, ce temps de vie qu’on va pouvoir prolonger de plus en plus. Non seulement le temps de tout le monde n’a pas la même valeur, fonction que vous gagniez bien votre vie ou pas, mais peut-être, demain, sera-t-on proche, qu’on s’en rende compte ou non, de Time Out. Quand la médecine permet d’ors et déjà des différences d’espérance de vie du simple au double dans le monde, est-ce que l’argent, mesure du temps de vie, n’est pas absolument inconvenant, indécent ?

Dernier point qui a de quoi donner le vertige : concrètement, dans un temps de surconsommation sauvage, où l’on jette jusqu’à 30 % de la nourriture que l’on achète, est-ce que ce n’est pas notre vie que l’on jette par la fenêtre, heure de travail après heure de travail gaspillée ? Et ce smartphone, est-ce que réellement, il vaut les 42h de travail à Paris, beaucoup plus au Maroc ? Une semaine de travail le téléphone, trois mois au SMIC au Maroc… Ouah khouya, bézef !


Poster un Commentaire

trois × quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.