logo-mini
pain perdu

Le pain perdu


Partager

pain perdu

Le pain perdu est cette recette réconfort dont on ne peut se passer au petit-déjeuner. Un délice idéal, à la fois pour nous régaler mais aussi pour recycler nos pains rassis. À la brioche, au pain demi, à la cannelle, au chocolat ou au foie gras, la gourmandise se laisse réinventer au gré des envies et des saisons. Pour les grandes toques, il s’agit d’une vraie partie de plaisir, une occasion de créer des versions tout aussi originales et alléchantes les unes que les autres.

Avant de faire le point sur les déclinaisons possibles du pain perdu, je vous propose tout d’abord une brève immersion dans son histoire. On raconte en effet qu’au temps de la disette et de la famine, jeter de la nourriture n’était point envisageable, car le moindre reste pouvait combler un besoin alimentaire vital. Voilà pourquoi, les populations les plus pauvres faisaient preuve d’une grande ingéniosité pour « recycler » tout aliment disponible. C’est ainsi, à cette période même, que le pain perdu est né, et devenu au fil du temps emblématique. Il représente chez chacun d’entre nous, un merveilleux souvenir d’enfance, que l’on prend plaisir à faire renaître dans nos cuisines, avec de simples ingrédients de base, à savoir : du pain, du lait, des œufs et du beurre…

La recette traditionnelle consiste en fait à tremper des tranches de pain dur dans un mélange de lait et d’œufs battus. Une fois bien imbibées puis égouttées, ces tranches sont ensuite cuites à la poêle dans du beurre jusqu’à obtention d’une coloration dorée. Il ne reste plus qu’à égoutter le tout et de saupoudrer de sucre, juste avant de servir.

Le pain perdu a ainsi pris des compositions et des formes diverses au fil des siècles, selon les civilisations et les pays. Au Maroc par exemple, on le parfume à la fleur d’oranger. Aux États-Unis, on le nomme « french toast » et au Québec, nous avons droit à l’appellation « pain doré ».

Il faut dire qu’avec le temps, ce mets de pauvre s’est laissé revisiter par les grands chefs. Aujourd’hui, il entre dans la carte des restaurants les plus prestigieux au monde.

Le pain se pare ainsi d’une chapelure d’épices, le pain brioché remplace le pain rassis, la crème fraîche se mélange à part égale avec le lait et on l’accompagne tantôt de fruits rouges tantôt de glace au gingembre, de noix de pécan et caramel beurre salé, ou encore de mangue et de foie gras.

Les idées ne manquent pas. Inspirez-vous donc de ce que vous goûtez, de ce que vous expérimentez, et laissez parler vos papilles !


Poster un Commentaire

cinq + 15 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.