logo-mini
Greenpeace

Greenpeace bataille pour interdire les microbilles en plastique contenues dans certains produits cosmétiques, gommages et gels exfoliants notamment.


Partager

Greenpeace

Petites mais extrêmement nocives pour les océans, car elles intoxiquent les poissons et le microplancton.

Ces microbilles sont trop petites pour être retenues par les filtres de traitement des eaux usées, et atterrissent donc dans les cours d’eau et les océans.

Les États-Unis ont voté fin 2015 leur interdiction.

En France, leur bannissement est prévu en 2018 à l’exception importante de celles contenues dans les lessives.

Les grands groupes cosmétiques et multinationaux annoncent des projets de suppression de ces microbilles à horizon 2018. Certains l’ont déjà mis en œuvre.


Poster un Commentaire

dix + deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.