logo-mini
ressources humaines

Gestion des ressources humaines : cas des entreprises marocaines


Partager

ressources humaines

Les invités

• Wassila Ibrahimi, fondatrice dirigeante de Bil Consulting

• Mustapha Khelafa, membre de l’UGTM

• Siham Ennajbi, directrice RH de la Centrale Automobile Chérifienne

• Mohammed Benouarrek, expert international en gestion RH

• Redouane Laafou, fondateur et directeur général de Prospecom

Édito

Les entreprises, marocaines notamment, prennent conscience du fait que le capital humain d’une entreprise lui est presqu’aussi vital que son capital financier et matériel. Dès lors, plusieurs solutions s’offrent à elles en matière de gestion des ressources humaines mettant davantage l’accent sur le développement du capital humain. En somme, la gestion des ressources humaines se défait petit à petit de son caractère purement administratif pour s’orienter progressivement vers une gestion humaine des ressources.

La formation, la gestion de carrière, la motivation du personnel et mettre celui-ci au cœur des décisions stratégiques de l’entreprise. Les spécialistes et experts de la gestion des ressources humaines sont nombreux à essayer de convertir un maximum de chefs d’entreprises à de nouvelles pratiques et de nouveaux modes de management, du recrutement et l’intégration, à la fixation des objectifs et l’évaluation des performances en passant par la gestion des relation sociales et interpersonnelles au sein de l’organisation humaine qu’est l’entreprise.

Nous en débattrons avec nos invités qui nous affirmeront sans doute qu’autant il n’existe pas de recettes-miracles, autant il existe une quasi-unanimité sur certaines pratiques d’un autre temps et qu’il convient d’enterrer définitivement. La réalité du terrain est faite de situations presqu’aussi nombreuses et différentes que ne peuvent l’être les entreprises elles-mêmes. Mais la philosophie de la gestion des ressources humaines reste une : mettre les ressources humaines au cœur des instances décisionnelles de l’entreprise.

La Maroc ayant fait le choix économique de l’ouverture sur le marché mondial, ses entreprises se trouvent, de ce fait, face une concurrence rude et ont souvent du mal à faire valoir des arguments de compétitivité autant sur le marché national qu’international. Et la compétitivité se fait également sur le terrain des talents et des compétences. Il est ainsi devenu crucial pour les entreprises de savoir conserver les salariés les plus valeureux, aux profils les plus rares tant au niveau de la connaissance qu’au niveau de la compétence technique et humaine. Une entreprise se doit d’être attractive, mais comment faire pour que l’attractivité ne se situe pas uniquement au niveau du salaire ? Nous y revenons avec nos invités.

Mais au-delà de l’idéal qui place la GRH au cœur de toutes les décisions stratégiques d’une entreprise, quelle place prend réellement cette fonction au sein de l’entreprise marocaine ? La fonction fait-elle partie intégrante des instances décisionnelles. Les chefs d’entreprises mettent-ils volontiers la main à  la poche pour investir dans la mise en place des outils RH ? Sont-ils sensibles à la notion de culture d’entreprise et autres notions de motivation, fidélisation et fédération des salariés autour d’un objectif commun et collectif ? Y a-t-il une spécificité marocaine en matière de gestion des ressources humaines ? C’est le débat que nous ouvrons cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

dix-huit − quatorze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.