logo-mini
vaccin

Faut-il se méfier des vaccins?


Partager

vaccin

Les invités : Naoufel El Malhouf, Chef du Département Conventionnement et Normalisation au sein de l’Agence Nationale de l’Assurance Maladie, Mohamed Benazzouz, Responsable du Programme National d’immunisation au Ministère de la santé, Noureddine Dersi, Chef du service vaccination à l’Institut Pasteur du Maroc, Said Afif, Président de l’Association des pédiatres privés de Casablanca, Chakib Abdelfattah, Professeur à la faculté de médecine de Casablanca spécialiste des maladies infectieuses et tropicales et Najia Rguibi, Pharmacienne et consultante en santé

Sous ses airs de geste anodin, la vaccination est l’une des plus grandes avancées en termes de médecine. Ce sont des millions de vies qui ont été sauvées, préservées et continueront à l’être à travers le monde grâce aux vaccins. Car les vaccins, permettent, selon les cas, de stopper la transmission de certaines maladies, infectieuses principalement, l’élimination de certaines autres. C’est dire à quel point il est important, pour chacun, d’être à jour dans ses vaccinations. Médecins Sans Frontières avait d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme ; 800 000 enfants meurent chaque année dans le monde faute d’avoir été vaccinés contre le pneumocoque.

Au Maroc, le Ministère de la Santé a mis en place une politique de vaccination représentée, en premier lieu, par le calendrier de vaccination qui s’applique à l’ensemble des enfants résidant au Maroc, lequel calendrier est mis à jour régulièrement par le Comité National Consultatif et Scientifique de Vaccination. Les recommandations de ce dernier sont appelées à évoluer en fonction, notamment, de modifications des stratégies de vaccination, en cas d’incorporation de nouveaux vaccins mais aussi dans un souci d’harmonisation avec les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé. Objectif : prévenir les maladies cibles du Programme National d’Immunisation.

À travers son Programme d’immunisation, le Maroc ambitionne de maintenir une couverture vaccinale uniforme supérieure ou égale à 95% à tous les niveaux. C’est un dispositif qui aurait grandement contribué, selon les chiffres, à la réduction de la mortalité des enfants. 95% pour le tétanos, 84% pour la rougeole et 86% pour la rougeole chez l’enfant de moins de 12 mois.

Le Maroc est, ainsi, le premier pays à avoir validé la certification de l’élimination du tétanos néonatal en 2002. Par ailleurs et à titre d’exemple, aucun cas de poliomyélite n’a été déclaré depuis 1987 et aucun cas de diphtérie depuis 1992.

Si le dispositif en place a permis des avancées majeures, il reste toutefois au Maroc quelques points noirs à éclaircir au sujet de la vaccination. Des études ont relevé récemment que le coût de certains vaccins est encore plus élevé au Maroc qu’en France. Comment l’expliquer ? La politique de vaccination élaborée et mise en œuvre au Maroc est-elle réellement efficace ? Bénéficie-t-elle à tous, partout ? Quelles pistes d’améliorations sont-elles à envisager ? C’est le débat que nous ouvrons avec nos invités cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

5 + 10 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.