logo-mini
Qatar

Comment expliquer l’isolement du Qatar ?


Partager

Qatar

Les invités

• Michel Boyer, analyste des crises

• Rachid Achachi, chroniqueur aux Matins Luxe

• Lara Al Raissi, chercheure en relations internationales

• Nabil Adel, enseignant chercheur

Édito

C’est la crise dans le Golfe. Une crise diplomatique qui oppose le Qatar à l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn, l’Égypte et le Yémen. Les relations diplomatiques sont rompues, mais aussi toutes les liaisons terrestres, aériennes et maritimes. Une situation, si elle est politiquement complexe, elle est surtout, humainement inquiétante, le Qatar étant fortement dépendant des importations extérieures. Le gouvernement Qatari se veut toutefois rassurant et affirme disposer de suffisamment de vivres pour un an. Histoire de calmer les ardeurs d’une population qui se rue sur les supermarchés.

Il est reproché au Qatar d’appuyer des mouvements terroristes, les Frères Musulmans notamment en Syrie, en Égypte ou encore en Lybie, mais aussi Al Qaida et l’Etat Islamique. Le communiqué officialisant la rupture n’y va pas par quatre chemins et accuse clairement le Qatar de financer l’extrémisme religieux. Le Qatar de son côté, accuse les États du Golfe, l’Arabie Saoudite en tête, de vouloir le placer sous tutelle.

À l’origine de la crise, des propos attribués à l’émir du Qatar critiquant la position de l’Arabie Saoudite contre l’Iran et défendant le Hezbollah et les Frères Musulmans. Mais les tensions entre le Qatar et l’Arabie Saoudite ne datent pas d’hier, elles trouvent leur origine dans une rivalité datant des années 90. Les goûts d’indépendance et de rébellion du Qatar n’ont, en effet, jamais été du goût de l’Arabie Saoudite. Dans cette crise, une médiation s’impose, et celle du Maroc est souvent présentée comme étant, non seulement inévitable mais aussi la seule envisageable. Nous en débattrons avec nos invités.

Et si l’envoi par le Maroc de denrées alimentaires au Qatar avait soulevé les interprétations de soutien au Qatar, Rabat a vite souhaité clarifier sa position. Un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères explique que la position du Maroc émane, je cite, des principes clairs qui fondent sa politique étrangère et qui reposent sur les relations de fraternité sincère qui lient le Roi Mohammed VI à ses frères rois et princes des Etats membres du CCG. Fin de citation.

Si la Turquie et l’Iran ont clairement pris parti pour le Qatar, il est clair aussi que le Maroc tient à sa position de neutralité sans laquelle, d’ailleurs, toute médiation serait impossible. Quelles sont les vraies raisons de la rupture entre le Qatar et ses voisins du Golfe ? Quelle issue possible pour une crise qui inquiète à plus d’un titre ? C’est le débat que nous ouvrons avec nos invités cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

treize − onze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.