logo-mini
Espadon

Les droits de l’Espadon


Partager

Espadon

À toute chose malheur est bon.

Un espadon a perdu la vie cette semaine à Al Hoceima. Cela n’aurait pas dû se passer.

Un homme a perdu la vie cette semaine. Cela n’aurait pas dû se passer non plus.

L’espadon pour ceux que cela intéresse est une espèce de poisson pélagique des mers tropicales et tempérées, unique représentant de la famille des Xiphiidés. Il peut dépasser les 4 mètres de long et peser plus de 500 kg. Particulièrement véloce, il peut atteindre les 90 km par heure en vitesse de pointe.

L’homme, vous connaissez. Pas besoin que je vous le décrive, il est en tout cas généralement plus petit que l’espadon car il ne dépasse que rarement les 2 mètres et les 100 kilos. Et hormis lorsqu’il essaie d’échapper à une demande en mariage, il n’est pas particulièrement véloce.

La mort de l’espadon n’aurait pas dû avoir lieu puisque sa pêche en Méditerranée est interdite du 15 février au 15 mars et du 1er octobre au 30 novembre de chaque année. Malgré cette interdiction, l’espadon a été péché et sorti de son milieu naturel jusqu’à ce que mort s’ensuive.

La mort de l’homme n’aurait pas dû avoir lieu non plus puisque si la peine de mort existe encore malheureusement au Maroc, elle n’est pas la sanction prévue par la loi en cas de pêche illégale. Malgré cela, il est mort broyé par les dents de fer d’une benne à ordure au milieu des espadons et de ses semblables.

Pourtant l’espadon est mort. Pourtant l’homme est mort.

L’homme est mort, l’espadon est mort malgré des textes de loi interdisant qu’on les tue.

Pourquoi cela ? Parce que malheureusement nous considérons le respect de nos lois comme facultatif et inutile et que nous n’avons que mépris pour elles et pour celles et ceux qui sont chargés de les appliquer.

L’espadon est mort parce que certains pécheurs considèrent qu’ils n’ont pas à se soumettre à l’autorité de la loi et qu’ils peuvent pécher ce qu’ils veulent quand ils le veulent. Et nos autorités ont échoué à les soumettre ou tout simplement ont cessé de s’intéresser à l’application des lois.

L’homme est mort parce que sans doute les autorités n’ont pas su comment faire respecter la loi et n’ont pas pris la pleine mesure de l’incompréhension et du désarroi de l’homme dont l’informel, les combines et le marchandage permanent sont le cadre de vie.

Ces vies perdues sont irrécupérables. Mais peuvent-elles nous apprendre quelque chose? Mieux, servir à quelque chose ?

Je le crois, plusieurs milliers de manifestants ont envahi les rues du royaume dans le calme, sans organisation ni service d’ordre, pour faire part de leur incrédulité et demander que nos semblables ne terminent plus jamais leur vie dans des bennes à ordures.

Dont acte. Et après ?

Ces morts peuvent servir, la mort de l’espadon et la mort de l’homme peuvent avoir une utilité finalement.

Celle de nous rappeler à toutes et tous que le respect de la Loi et des Règles est la condition sine qua non de toute vie en société. Et le non-respect de lois aussi anodines que l’arrêté du Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime n°1666-12 du 17 Avril 2012 relatif à l’interdiction temporaire de la pêche de l’espadon en Méditerranée peut conduire à des grands malheurs et au plus grand  d’entre eux, la mort de l’homme.

Autre utilité, celle de nous rappeler qu’un idéal n’est pas plus élevé parce qu’il est transcendant mais bien parce qu’il offre à chacun de nous de plus grandes perspectives ici-bas.

Celle de nous rappeler que les écueils de toute nature peuvent parfois être évités par le respect d’insipides règles technocratiques.

Nous ne savons que trop, dans le monde en arabe, à quel point il est difficile d’édifier cette société dans laquelle chaque individu aurait la place qu’il mérite, où chacun serait récompensé selon ses mérites et non selon sa naissance ou son entregent.

Cette édification commence par le respect par le plus grand nombre de la Loi.

Ici et maintenant.


Poster un Commentaire

12 − 7 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.