logo-mini
Brahim Ghali

Brahim Ghali, criminel en cavale


Partager

Brahim Ghali

C’est une information qui circule depuis des semaines, notamment sur la presse électronique. La justice espagnole compte rouvrir une enquête pour génocide contre Brahim Ghali, le chef du Polisario. Celui-ci devait assister en Espagne le 18 et 19 novembre dernier à une conférence mais a dû annuler sa participation.

Selon le média espagnol El Diario, le juge José de la Mata, chef de la Cour centrale de l’instruction a demandé une récolte d’informations suite à une plainte contre le président de l’autoproclamée RASD. Cette plainte a été déposée en 2008 par les victimes et les membres de l’Association sahraouie des droits de l’homme pour génocide, notamment pour « assassinats, agressions, détentions illégales, terrorisme, torture et disparitions ». Elle concerne 25 membres du Front Polisario et trois officiers de l’armée algérienne.

Ghali, qui occupait au moment du dépôt de la plainte le poste entre guillemets d’ »ambassadeur » au sein de la représentation du Polisario à Madrid, a dû quitter l’Espagne sans délai.


Poster un Commentaire

3 × trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.