logo-mini
santé

Actualité sciences et santé du 1er février 2017


Partager

santé

Première opération chirurgicale au laser des voies urinaires dans l’Oriental

Le Centre hospitalier Mohammed VI d’Oujda a introduit une nouvelle technique chirurgicale pour le traitement des maladies de la prostate, des reins et des voies urinaires.
Il s’agit de la première opération chirurgicale du genre, qui va permettre à la population de la région de l’Oriental de bénéficier des nouvelles technologies pour le traitement de ces maladies. Une nouvelle technique lancée lors des journées scientifiques de la chirurgie par endoscopie dans l’Oriental. C’était la semaine dernière. Cette rencontre scientifique, première du genre sur les plans régional et national, a également connu la participation de professeurs et d’experts du Maroc et de l’étranger.

 

///////////////////

Un léger mieux dans le traitement des maladies du foie

La dixième édition du congrès Paris Hepatology Conference s’est terminée il y a quelques jours dans la capitale française. L’occasion de faire le point sur la santé de cet organe et notamment sur les traitements possibles : déjà, l’hépatite C touche près 170 millions de personnes dans le monde, notamment dans les pays pauvres. Et 2016 a été l’année de la révolution pour tous les malades touchés par l’hépatite C. Son traitement est pour le moins très efficace puisqu’il permet presque totalement l’élimination du virus ; des médicaments opérant, dans une moindre mesure, à l’égard de l’hépatite B. Rappelons que seul le dépistage peut repérer ces malades qui sont souvent diagnostiqués par hasard, lors d’un bilan et la plupart des hépatologues maintenant considèrent qu’on devrait se faire un dépistage universel, parce que l’hépatite C ou l’hépatite B peuvent toucher n’importe qui, même sans facteur de risque évident.

Sinon, cette année, d’autres maladies du foie progressent et sont très difficiles à déceler, notamment la stéatose hépatique non alcoolique. Il s’agit d’un nouvel acteur de la cirrhose et du cancer du foie, sans lien avec l’alcool, mais lié au surpoids et à l’obésité.

 

///////////////////

Et à propos de surpoids, cette initiative au Royaume-Uni : réduire les portions dans les restaurants pour lutter contre l’obésité

Le Royaume-Uni, c’est le pays d’Europe où l’obésité est la plus répandue. Ainsi « Manger moins, mais manger mieux » c’est la nouvelle tendance dans les restaurants britanniques. Et la demande du gouvernement britannique, himself. Il vient de demander aux restaurateurs de faire des portions plus petites. Le ministère de la Santé demande même de réduire la taille de leurs desserts de 20%. Si cette injonction n’a pas de valeur légale ou obligatoire, le gouvernement aura néanmoins un moyen de pression puisque le gouvernement va créer un site internet où les restaurants seront classés aux yeux de tous les consommateurs. D’un côté, les mauvais élèves avec les enseignes qui serviront de la malbouffe en quantités. De l’autre, sera consignée et mise à jour la liste des établissements bons élèves qui proposeront des plats moins copieux et plus sains.

 

///////////////////

Des chercheurs se penchent sur la détection de tumeurs via un smartphone

Pour détecter des mutations génétiques chez un patient à partir d’un échantillon de son ADN, il est nécessaire d’envoyer ce dernier dans un laboratoire d’un grand hôpital, qui possède tout l’équipement nécessaire. Mais comment faire lorsque l’échantillon est prélevé dans un pays en voie de développement ne bénéficiant pas de telles infrastructures, ou dans une zone reculée du monde ? L’analyse biologique se révèle malheureusement impossible. Mais peut-être plus pour longtemps car des chercheurs de l’Université de Stockholm et de l’Université de Californie ont eu l’idée d’équiper un smartphone d’un dispositif imprimé en 3D afin que le médecin puisse détecter des mutations tumorales sur place, au chevet du patient !  Le dispositif se présente de la manière suivante : un smartphone est équipé d’un module imprimé en 3D, avec une LED pour l’éclairage et deux diodes lasers pour l’imagerie en fluorescence. L’ADN est rendu fluorescent par des substances appelées fluorochromes. Grâce à sa caméra et une lentille adaptée, le smartphone détecte les réactions de fluorescence et se lance, dans ces fragments d’ADN lumineux, à la recherche d’éventuelles mutations sur des gènes dont l’expression favorise la survenue d’un cancer. Les chercheurs ont testé avec succès leur dispositif pour le gène KRAS, muté dans environ un tiers des cancers colorectaux. Autre avantage : son prix. Il pourrait être fabriqué pour moins de 500 dollars – 470 euros environ – s’il était produit en grande quantité, il est donc beaucoup moins cher que les équipements utilisés actuellement.

 

///////////////////

Environnement. Les renouvelables seules ne suffiront pas contre le réchauffement climatique

Les renouvelables représentent moins de 3% de la consommation mondiale d’énergie. Et la part des fossiles est la même depuis 15 ans: près de 87%. Face au maintien des énergies fossiles, l’essor des renouvelables seuls ne permettra pas de freiner suffisamment le réchauffement climatique. C’est l’alerte publiée par un magazine scientifique réputé. Selon les chercheurs, le solaire, l’éolien ou les voitures électriques ne suffiront pas à garder le réchauffement sous les +2°C, la limite que s’est fixée le monde à Paris fin 2015, faute de progrès dans les technologies de capture des gaz à effet de serre. Les chercheurs ont donc listé une demi-douzaine d’indicateurs permettant le suivi et la comparaison des mesures décidées: croissance du PIB, énergie consommée et émissions de CO2 par unité de PIB, part des fossiles. Dans le même temps, certaines technologies jugées essentielles pour limiter les températures, ne sont pas au point : par exemple la capacité à extraire du CO2 de l’atmosphère. La « capture » et le stockage des gaz à effet de serre ne sont pas assez développés. Autre solution encore inexistante à une échelle suffisante : les biocarburants dont le bilan carbone serait neutre. Or toutes ces technologies devraient s’additionner pour dévier une trajectoire qui conduit la planète vers +3 à +4°C, insiste l’étude, qui appelle aussi au sursaut politique.


Poster un Commentaire

onze + 2 =