logo-mini

Violence à l’égard des femmes : Où en est le Maroc?


Partager

Invités : Fatima Zahra Moumou, Avocate et membre de l’Association « Droit et Justice », Reda Mhasni, Psychologue et acteur associatif, Khadija Janati Idrissi, Entrepreneure et Laila Majdouli, Secrétaire générale de l’Association Solidarité Féminine

Hier 25 novembre, le monde a célébré la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Une journée internationale parce que la violence contre les femmes est un problème mondial et sa prévention est un combat universel.

Selon les chiffres des Nations Unis, qui estiment que la violence faite aux femmes résulte d’une discrimination tant dans le droit que dans les faits ainsi que de la persistance d’inégalités entre hommes et femmes, 35% des femmes et des filles sont exposées à une forme de violence physique et/ou sexuelle au cours de leur vie. On estime par ailleurs que dans le monde, plus de 700 millions de femmes ont été violentées enfants, parmi elles 250 millions l’ont été avant l’âge de 15 ans. Il est admis, par ailleurs, que la violence contre les femmes a de lourdes conséquences et peut empêcher la réalisation de progrès dans certains domaines, comme l’élimination de la pauvreté, la lutte contre le Sida et la paix et la sécurité.

Au Maroc au début 2015, l’Observatoire Marocain des Violences Faites aux Femmes a présenté son rapport annuel, le sixième du genre, sur les violences à l’encontre des femmes. Il en ressort que 4940 femmes dont l’âge varie entre 15 et 70 ans, ont déclaré avoir été victimes de violence en 2014, avec en moyenne 8 actes de violence sur chaque femme. 53% d’entre elles sont mariées et sont sujettes à une violence conjugale. Les femmes illettrées représentent 33% des femmes déclarant ayant été violentées, 26% sont arrivées au primaire, 22% au niveau du collège, 14% ont un niveau du lycée et 5% sont de niveau universitaire. La violence atteint, par contre, tous les milieux socioéconomiques.

Face à l’horreur que vivent ces femmes, l’impunité et un projet de loi sur les violences à l’égard des femmes élaboré et présenté par le ministère de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social au Conseil du Gouvernement le 7 novembre 2013 et depuis, rien ou presque.

Nous ouvrons le débat cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure sur les violences faites aux femmes au Maroc ; des violences qui peuvent être, notons-le, verbales, psychologiques, physiques, économiques ou encore administratives.

Nous ouvrons ce débat alors qu’en 2015, les femmes sont encore victimes de violences parce qu’elles sont des femmes. Nous ouvrons ce débat alors qu’en 2015 il demeure encore beaucoup de mythes et de préjugés par rapport aux femmes victimes de violences. Nous ouvrons le débat autour d’un archaïsme social qui entrave la liberté, l’intégrité, la dignité et la sécurité des femmes. Le combat contre les violences faites aux femmes s’il est essentiel, son aboutissement est-il possible ?


Poster un Commentaire

cinq × quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.