logo-mini
ONU

Avec le véto, le Conseil de sécurité de l’ONU pris à son propre piège


Partager

ONU

Alors qu’à Moscou, le président russe Vladimir Poutine recevait le Secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, la Russie a opposé son veto à une résolution du Conseil de sécurité. C’est la huitième fois depuis le début de la guerre, il y a 6 ans, que Moscou bloque toute action de l’ONU contre son allié syrien. Le projet de résolution présenté par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France demandait une enquête internationale et la coopération de Damas sur l’attaque chimique, imputée au régime de Bachar Al-Assad.

En réaction, François Hollande a estimé que la Russie avait pris « une lourde responsabilité », accusant Moscou de protéger systématiquement son « allié Assad ». Le ministre britannique des Affaires Étrangères, Boris Johnson, lui, s’est dit « consterné ». « La Russie a choisi le mauvais camp »a-t-il déclaré.


Poster un Commentaire

20 + 7 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.