logo-mini
Taxis

Taxis vs plateformes de transport collaborative : lorsque le vide juridique engendre la violence


Partager

Taxis

Les invités

• Said Idrissi Azami, chef de la division économique à la Wilaya de la Région de Casablanca-Settat

• Meriem Belkziz, directrice générale Uber Maroc

• Ismael Belkhayat, cofondateur et administrateur de Votre Chauffeur.ma

• Me Mohammed Oulkhouir, avocat – chroniqueur aux Matins Luxe

Édito

Entre les plateformes de transport collaboratives et les taxis casablancais, le courant ne passe pas du tout. Et c’est le moins que l’on puisse dire. Des Voitures de Transport avec Chauffeurs qui ont les faveurs des clients mais beaucoup moins des chauffeurs de taxis; ils y voient une menace pour leurs revenus. Et, si la couleur avait été annoncée dès la mise en circulation des premiers Uber, celle-ci ne fait que se confirmer les semaines et les mois passant. Les chauffeurs de taxis sont bien décidés à ne pas se laisser faire.

À cette fin, tous les moyens semblent être bons, et la douceur n’en fait pas partie. Loin de là. Des chauffeurs accusés d’être « clandestins » se font agresser, de même, quelque fois, que leurs clients qui n’hésitent pas à parler de parfaits guet-apens qui leur sont dressés ainsi qu’à leurs chauffeurs. Des menaces, des courses poursuite en plein jour, le conflit semble virer à la vraie criminalité. Si la menace pour les taxis est économique, pour les clients, c’est devenu clairement une menace sécuritaire.

Uber, monchauffeur.ma, Careem, des plateformes de transport collaboratives dont le positionnement peut paraître, aujourd’hui encore, quelque peu flou, surtout s’agissant de la légalité de la pratique. Le concept, il faut le dire, continue d’avoir ses détracteurs partout où il est installé dans le monde. Nous en débattrons avec nos invités.

Les plateformes de transport collaboratives sont-elles réellement une menace pour les moyens de transports dits traditionnels? Nous poserons la question, même si celle-ci, pour beaucoup, semble être une parfaite aberration au vu du grave problème de transport à Casablanca et d’une forte demande que rien ne semble pouvoir satisfaire ni résorber.

Nous débattrons aussi du statut juridique des plateformes de transport collaboratives. Avec quelles autorisations exercent-elles? À quel cadre juridique sont-elles soumises? Pourquoi est-il si difficile d’avoir des chiffres clairs, précis et, surtout, cohérents, relatifs à leurs revenus? Qu’est ce qui est déclaré et qu’est ce qui ne l’est pas? Bref, Ont-elles, tout simplement, le droit d’exister? Et enfin, où sont les autorités de ce conflit ouvertement violent avec les taxis? C’est le débat que nous ouvrons avec nos invités cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

quatre × 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.