logo-mini

Taux de chômage au dessus de 10% : Devrait-on s’inquiéter pour l’emploi?


Partager

Invités : Nabil Adel, économiste, Mourad Bentahar, Directeur central de l’Observatoire National du Marché du Travail et Essaid Bellal, Directeur général Diorh.

Le Haut-Commissariat au Plan a annoncé les nouveaux chiffres du chômage. Il grimpe à 10.1% au troisième trimestre de cette année. Une hausse inquiétante car répartie sur les milieux urbain et rural. Le marché du travail compte 66.000 nouveaux demandeurs d’emploi dont plus de 50.000 dans les villes. C’est inquiétant aussi car la durée du chômage est relativement longue. Un chômeur reste sans emploi pendant au moins une année, voire plus selon les statistiques. Mais si le HCP présente des chiffres inquiétants, il recommande tout de même l’optimisme, au vu de la bonne dynamique de certains secteurs vitaux pour l’économie nationale, notamment le BTP et les services, où la création d’emploi est toujours au rendez-vous. Nous irons avec nos invités cet après-midi plus en profondeur dans l’analyse des chiffres du chômage, mais nous ne nous arrêterons pas uniquement sur ces données. Il est encore plus important de s’interroger sur les causes et les conséquences derrière ce phénomène, car la question du chômage est centrale : elle pose des problèmes d’ordre économique, politique et social. Il concerne tout le monde ; d’un côté les chômeurs en recherche d’emploi, de l’autre les actifs employés mais qui ont peur de perdre leur travail. Un chômage en hausse c’est un pouvoir d’achat en baisse. Un chômage en hausse c’est, socialement, une perte d’identité dans une société où les personnes se définissent avant tout par leur travail. Un chômage en hausse c’est, politiquement, un échec.

Nous nous interrogerons également sur les causes du chômage. La population active au Maroc est-elle en hausse ? Veut-on entrer plus tôt dans le marché du travail et veut-on en sortir plus tard ? Les causes du chômage peuvent être multiples. Le code du travail peut en être une, par ailleurs. Certains jugent la réglementation du travail trop rigide. Elle n’encouragerait pas suffisamment les patrons à recruter davantage étant donné le coût jugé trop élevé des licenciements. Une inadéquation entre l’offre et la demande peut aussi expliquer cette augmentation.

Les causes sont certainement aussi à chercher du côté de la politique gouvernementale, voire son absence, en faveur de l’emploi des jeunes notamment ; l’absence d’une vision claire et de mesures concrètes à même de résorber le taux du chômage en créant de l’emploi ou encore en encourageant à en créer. Le chômage, ses causes et ses conséquences, c’est notre débat cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

treize − 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.