logo-mini

Tanjazz 2022, une 21ième édition festive, riche en surprises et en émotions !

Partager

Tanjazz 2022, une 21ième édition festive, riche en surprises et en émotions !

Fanfare déambulatoire, concerts gratuits, cours de danse, afters et brunchs animés en ville, mais surtout des têtes d’affiche internationales qui jouaient au Palais des Institutions Italiennes. En l’espace d’un week-end, Tanjazz a fait vibrer la cité cosmopolite… Le festival ainvesti plusieurs lieux clefs de la ville pour cette 21ème édition, trois jours de fête et de convivialité, avec une constellation d’artistes de tous horizons.

Le week-end dernier, l’esprit et le charme de Tanjazz s’emparaient de Tanger. La ville du détroit vibrait aux rythmes du Jazz, mais pas que… Amoureux de découvertes et de musiques du monde pouvaient aussi profiter de la magie du festival.

Une 21ième édition orchestrée dans une dynamique de pérennisation des acquis, mais aussi de renouvellement, suite à la passation de direction amorcée en 2019, entre le fondateur Philippe Lorin et Seven PM, avec une programmation riche et variée cette année qui regroupe plus de 17 nationalités, offrant ainsi une large palette de styles musicaux. Retour sur cette 21ième édition avec Moulay Ahmed Alami, président de Jazzablanca et du festival Tanjazz

Parmi les artistes qui ont fait salle comble, on retrouvait l’écossaise Ali Affleck qui a conquis avec succès l’auditoire, séduit par la fraicheur de ses interprétations… Entre jazz vintage et roostie blues, elle réussit l’exploit de faire danser un public de tout âge, donnant un second souffle à cette expression musicale :

Le jazz, musique mondiale qui traverse le temps, une histoire complexe de plus de cent ans, imprégnée de luttes sur les droits civils, de paysages sonores mais aussi d’improvisation… Une spontanéité saisissante qu’a pu connaitre avec émotion, l’artiste coréenne Youn Sun Nah, aux côtés du contrebassiste internationale Avishai Cohen, captivant le public par sa voix hypnotisante

Les sons du Jazz, tissés à travers les débats entre inclusion et exclusion, définissent une musique inattendue, exigeante, une musique urgente forgée dans l’expérience qui contribue encore aujourd’hui à nourrir des débats plus contemporains. Parmi les voix les mieux gardées, celle de Toni Green, digne héritière d’Aretha Franklin ou Etta James, un héritage, qu’elle est fière de transmettre

Un coup de jeune pour ce « nouveau » Tanjazz qui conserve son ADN, avec une volonté pour la prochaine édition de renforcer l’expérience à Tanger pour apporter, au public comme aux artistes, encore plus de bonheur et d’émotion.


Poster un Commentaire

7 + 20 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.