logo-mini
travail

La révolution du travail viendra-t-elle de la nouvelle génération ?


Partager

travail

À présent on se penche sur un phénomène que la presse, et le quotidien le Monde notamment décrit comme la révolte des premiers de la classe, un concept tiré du titre d’un ouvrage écrit par le journaliste Jean-Laurent Cassely. Ils sont en effet jeunes diplômés, occupent généralement un emploi bien rémunéré, mais pour des raisons diverses, ils décident de tout arrêter et préfèrent faire quelque chose de leurs mains.

En rupture avec les codes de l’entreprise où bien souvent ils n’encadrent plus rien et en quête de sens, ils choisissent d’être boulangers, restaurateurs, pâtissiers ou fromagers pour ne citer que ces métiers. En clair, ils optent pour avoir les deux mains dans le concret. Et c’est sur cet épiphénomène qui touche les classes supérieures urbaines qu’on se concentre tout de suite avec les chroniqueurs.


Poster un Commentaire

5 × quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.