logo-mini
minorités religieuses

Quelle place pour les minorités religieuses au Maroc?


Partager

minorités religieuses

Les invités : Mohamed Kenbib, Historien, Rachid Achachi, Chercheur en anthropologie, Rachid Benlabah, Professeur universitaire et spécialiste des questions religieuses et des études postcoloniales et Ahmed Ghayet, Président de Marocains Pluriels

Nous débattons cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure de la place des minorités religieuses au Maroc. Mais avant d’aborder la problématique du débat, entendons-nous, d’abord, sur ce qui est appelé minorité. La définition est ici très importante parce qu’au niveau du droit international, eh bien, il n’y en a tout simplement pas une qui soit claire et précise. Pour être membre d’une minorité, une chose est sûre, il faut être en infériorité numérique par rapport à la population totale, être en position non- dominante à l’intérieur de l’Etat et avoir en commun, avec donc sa communauté par définition minoritaire, une caractéristique ethnique, linguistique ou religieuse. Là où tout le monde n’est pas d’accord, par contre, c’est la citoyenneté à l’Etat de résidence. Est-elle obligatoire pour être reconnue dans son statut minoritaire ou pas ? Autrement dit, les travailleurs étrangers, à titre d’exemple, sont-ils considérés comme étant membres d’une minorité ? La question reste ouverte.

Notre débat cet après-midi portera principalement sur les minorités religieuses. Au Maroc, l’Islam est constitutionnellement la religion d’Etat. Partant de là, toute personne non-musulmane est considérée comme faisant partie d’une minorité religieuse. Une étude réalisée en 2011 sur la répartition des religions au Maroc, a révélé un Islam naturellement majoritaire avec 99.8% ; deux religions se dégagent comme minoritaires à savoir le christianisme et le judaïsme. Les minorités juives jouissent d’ailleurs d’un statut particulier et c’est, bien entendu, historique depuis que Feu le Roi Mohammed 5 avait choisi de refuser, alors sous protectorat français, d’appliquer les lois de Vichy.

Depuis plusieurs semaines, le statut des minorités religieuses est au cœur des débats notamment à l’occasion de la conférence sur les minorités religieuses dans le monde musulman, tenue il y a quelques jours à Marrakech avec pour objectif de promouvoir les droits des minorités religieuses dans un contexte mondial particulièrement tendu notamment en Irak et en Syrie. Car si, au Maroc, comme dans plusieurs autres pays du monde, les droits des minorités religieuses sont reconnus, il n’en est pas de même partout. Celles-ci sont dans bien des pays, victimes d’exactions. Quelle est la place des minorités religieuses au Maroc et dans le monde musulman ? Quelles actions sont à mettre en place pour faire respecter les droits des minorités religieuses, et au fond, quels sont ces droits ? De qui est-ce la responsabilité, des Etats ou des personnes ? Et au final, n’y a-t-il pas dans le choix même du terme quelque chose qui justifie et encourage à l’étouffement des droits de ces communautés dites minoritaires ? Autant de questions que nous abordons cet après-midi avec nos invités dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

6 + 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.