logo-mini

Que coûtent les immigrés à leur pays d’accueil?


Partager

« Les immigrés, « voleurs » de travail! ». C’est sur cette théorie que les partis de droite, voire d’extrême droite, ont bâti leur capital politique dans les années 1990. C’est une idée ancienne qui semble inamovible et qui prône le raccompagnement à la frontière de tout étranger. Seulement où se situe le paradoxe?

Tout d’abord, l’immigration est une solution pratique qui répond à certains métiers ne trouvant guère preneurs. Ainsi, près d’un salarie sur cinq est une femme immigrée dans le secteur du nettoyage et un salarié sur deux est un ouvrier étranger. La France, qui justifie souvent son taux de chômage par la présence d’étrangers, a vu 90% de ses autoroutes construites et entretenues avec de la main-d’œuvre étrangère. Sans immigrés, les prix à la consommation de biens des produits seraient bien plus élevés, la main-d’œuvre étrangère étant bien moins payée. Les conséquences de l’immigration sur le marché du travail, toute tendance politique confondue de la droite vers la gauche, tendent vers l’insistance de lien fort  et immédiat entre l’intensité de l’immigration et le chômage.

Bien au contraire, des études (Institut d’économie industrielle) ont démontré que l’arrivée d’immigrés améliorait le travail et les salaires des autochtones. Paiement de salaire plus faible et par conséquent amélioration des rémunérations des locaux avec une élévation de leur niveau de vie (notamment au Québec).

Alors puisqu’ils ne volent pas le travail des autres, les immigrés coûtent-ils aux financent publiques ?

La réponse est NON, sans ambiguïté aucune. Sur plusieurs générations les immigrés ont rapporté en fiscalité plus qu’ils n’auraient coûté. L’immigré génère de la croissance car ils constituent les futurs consommateurs. Les immigrés sont une aubaine pour l’Etat français à titre d’exemple : ils reçoivent, certes, de l’Etat 48 milliards d’euros, mais ils reversent 60 milliards. Les 48 milliards d’euros que coûte l’immigration au budget de l’Etat sont ventilés comme suit : RMI, 1,7 milliard. En revanche, les immigrés reversent au budget de l’Etat, par leur travail, des recettes non négligeables : impôt sur le revenu, 3,4 milliards d’euros; impôts et taxes à la consommation, 18,4 milliards.

L’arrivée de réfugiés aux portes de l’Allemagne représente une future main d’œuvre dont ce pays a besoin en raison de son accroissement naturel négatif puis vu leur condition d’accueils, très digne, le vivre ensemble ne s’en trouvera que valorisé.


Poster un Commentaire

8 − sept =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.