logo-mini

Proche Orient : Doit-on se préparer à une troisième Intifada?


Partager

Invités : Sion Assidon, Activiste des droits humains, impliqué dans le soutien à la lutte du peuple palestinien, Jean Zaganiaris, sociologue et Mohamed Benhamou, Président du Centre Marocain des Etudes Stratégiques.

Deux populations qui revendiquent un même territoire et se font la guerre. La situation dure depuis plus de 65 ans et depuis quelques semaines on parle d’un regain de violences dans les territoires occupés mais les violences y ont-elles jamais cessé ?

Le conflit prend un nouveau tournant depuis l’incendie d’une maison palestinienne par deux israéliens radicaux. La mort du petit Ali Saad Dawabsha âgé d’à peine 18 mois, comme celle en 2000 du petit Mohammed ADDURAH alors âgé de 12 ans, a ravivé la colère côté palestinien. Dans ce qui est sans doute, une tentative d’absorber la colère, a appelé Mahmoud Abbas pour se dire dit « choqué par cet acte horrible » et a dénoncé un « acte terroriste » comme l’ont faits d’autres responsables politiques israéliens.

Les observateurs décrivent, depuis, un nouveau profil de résistants, des jeunes palestiniens de quinze ans et plus, bien instruits et pour certains sortants de l’université ; une jeunesse qui veut rappeler, à qui l’a oublié, que les conditions de vie des palestiniens ne sont pas normales. Ils veulent que cessent la colonisation, l’expropriation et l’humiliation que subissent des palestiniens réduits au statut de sous-citoyens. Un rappel à l’ordre qui se fait depuis quelques semaines à travers une nouvelle forme de résistance : le poignardage ; une guerre des couteaux qui rappelle la guerre des pierres de la première intifada.

Mais la taille de ce soulèvement atteint-elle l’ampleur d’une intifada ? C’est la question que se pose le monde à présent et c’est la question autour de laquelle nous débattons cet après-midi avec nos invités dans Avec Ou Sans Parure.

Y’a-t-il un réel regain de violences ou est-ce, comme le dénoncent certains, la fièvre médiatique qui grimpe dès que des israéliens sont touchés ? Le soulèvement côté palestinien est-il populaire, spontané ou est-il politiquement téléguidé ? Si le Hamas salue ce soulèvement, l’encourage et n’hésite pas à le qualifier de troisième intifada, quel est le poids et l’influence de l’Autorité Palestinienne ?  

Ce débat est aussi l’occasion de faire le point sur les avancées, s’il y’en a, dans ce dossier vieux de plus de soixante ans. Où en sont les tentatives de résolution pacifiste du conflit israélo-palestinien ? Est-on plus proche de la paix ou de l’embrasement ?


Poster un Commentaire

treize − 8 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.