logo-mini
conserve

Oui aux conserves maison !


Partager

conserve

Certaines personnes boudent complètement les produits en conserve. Ne réveillant pas les papilles gustatives et synonymes de malbouffe en général ou de maladies en tous genres… entre ceux que l’on peut consommer en toute sécurité et ceux considérés comme néfastes pour la santé… difficile de ne pas s’y perdre ! D’autant plus que l’ajout d’additifs alimentaires pour rehausser le goût des aliments ou préserver leur couleur n’est pas tout à fait rassurant.

Commençons tout d’abord par comprendre le processus de conservation. On parle d’appertisation. Un processus qui permet de conserver les aliments en les stérilisant par la chaleur à l’intérieur de récipients hermétiquement clos comme un bocal de verre, ou un récipient en aluminium.

Confitures, thon, terrines, ragoûts… Certaines études indiquent que le métal présent à l’intérieur de ces conserves peut contenir des composantes toxiques. Le revêtement utilisé dans la fabrication de ces contenants est généralement fait à base de résine de bisphénols A. Un composant chimique dont l’accumulation dans le corps peut avoir des effets néfastes sur la santé. Une étude faite à l’université d’Harvard a révélé que les personnes ayant consommé durant cinq jours d’affilés des soupes en conserve avaient accumulé une plus grande quantité de bisphénol A, et qui pouvait être détectée dans les urines. Ce composant est d’ailleurs considéré aujourd’hui comme un perturbateur endocrinien, et peut être lié à des cas de diabète, de maladies cardio-vasculaires, d’obésité ou de malformations du fœtus.

Alors pour éviter toute contamination, l’idée est de ne pas en abuser d’une part mais aussi de réaliser ses propres conserves à la maison. Mais comment faire ?

Assurez-vous tout d’abord de vous procurer des bocaux en verre et des rondelles en caoutchouc que vous devrez impérativement stériliser, pour des raisons de sécurité. Pour cela, placez vos bocaux en verre dans de l’eau bouillante pendant au moins 10 minutes puis retirez-les et laissez-les sécher à l’air libre. Pensez également à vous assurer qu’il n’ya aucune ébréchure dans votre récipient.

Pendant ce temps, commencez à cuisiner votre plat mais là aussi, soyez très vigilants et lavez copieusement tous les ustensiles utilisés ainsi que les fruits et les légumes cuisinés. Pensez à ajouter de l’huile, du sel, du vinaigre ou du sucre à votre préparation, tout le nécessaire pour la conservation des aliments.

Pour une confiture de potiron par exemple, vous aurez besoin d’un bocal en verre, de potiron, de sucre cristallisé, d’un jus de citron, et d’une pincée de gingembre. La veille, épluchez, épépinez et coupez votre légumes en morceaux, que vous mettrez à macérer dans un récipient avec le sucre pendant 24 heures. Le lendemain, faites cuire ce mélange avec le jus de citron et le gingembre à feu moyen jusqu’à obtenir la consistance voulue. Puis, vérifiez la cuisson en faisant le test de la confiture. Versez quelques gouttes sur une assiette froide puis penchez l’assiette. La confiture maison doit couler doucement. Mettez alors votre confiture de potiron en pot immédiatement, fermer le couvercle de vos confituriers et retourner les 1 minute, puis remettez les à l’endroit pour les laisser refroidir. Ne pas oublier de préparer des étiquettes pour reconnaître vos bocaux et de dater la recette. En voici un délice rapide et gourmand, à proposer en dessert ou en tartinade à vos petits bambins.


Poster un Commentaire

dix-neuf − deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.