logo-mini
industrialisation

Nos schémas d’industrialisation sont-ils dépassés?


Partager

industrialisation

Aujourd’hui notre pays compte près de 8000 unités industrielles qui se concentrent notamment dans les activités chimiques et para-chimiques mais aussi l’agroalimentaire, les activités métalliques et mécaniques, le textile et enfin les activités électriques et électroniques.

L’industrie emploie plus d’un million d’actifs, soit plus de 11% de l’emploi global à fin 2015. Un chiffre en quasi-stagnation depuis 2000. En 2015, le HCP évoque 115 000 emplois détruits dans l’industrie et l’artisanat, donc bien loin des objectifs de création de 220 000 emplois à l’échéance 2015 avec le pacte national pour l’émergence industrielle.

Par ailleurs, entre 2000 et 2014 la part dans le PIB de l’industrie est passée seulement de 15.5% à 16.3%.

Pour le CMC, le processus d’industrialisation du Maroc doit encore faire ses preuves.

C’est dans ce sens que le centre marocain de conjoncture a consacré sa dernière lettre mensuelle.

Pour le centre, si les stratégies mises en œuvre ces dernières années,  dont le plan national d’accélération industrielle, témoignent d’un renouveau de la politique industrielle, reste que le processus d’industrialisation du Maroc dépend avant tout de l’émergence d’une industrie locale à fort contenu technologique et à forte valeur ajoutée.

Or les analystes du CMC font ressortir un profil de l’industrie marocaine en deçà des attentes et un modèle actuel d’industrialisation qui se caractérise par le développement des activités de sous-traitance, aux faibles rendement économique et contenu technologique.

Ainsi, malgré de longues années d’industrialisation, le secteur ne parvient toujours pas à avoir des champions capables de structurer le secteur et d’être des locomotives surtout dans le domaine des hautes technologies.


Poster un Commentaire

12 − deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.