logo-mini

Marques marocaines : Quelles perspectives de développement?


Partager

Les invités : Nafissa Belcaid, Directeur du pôle « signes distinctifs » au sein de l’Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale, Amine Benkirane, Président Directeur Général de Kitea, Khalid Baddou, Président de l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication, Mohamed Benamour, Directeur Général de Benson Shoes, Abdellatif Kabbaj, Directeur Général de Diamantine (Soft Groupe) et Hassan Khalil, Directeur général de Dari Couspate

Nous ouvrons le débat cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure sur les marques marocaines qui sont souvent pointées du doigt pour avoir des difficultés à s’imposer à l’international mais même des fois sur le marché marocain où elles peinent à faire face à la concurrence des marques étrangères. Tous les débats et toutes les réflexions autour des marques marocaines aboutissent à la même conclusion ; à savoir l’obligation pour les marques marocaines de se forger une identité forte, différenciée et différentiable. L’urgence aussi de réétudier les prix des marques marocaines parce que le prix est, aussi, un facteur concurrentiel. C’est aussi la valeur et l’image du « Made in Morocco » qui est sérieusement à travailler. Qu’inspire le « made in Morocco », non seulement à l’international, mais au Maroc-même. Combien de consommateurs marocains préfèrent aujourd’hui un « made in France », par exemple, plutôt qu’un « made in Morocco » quitte à payer plus cher ? Pourquoi la marque Maroc n’inspire-t-elle pas confiance ? Une marque doit-elle obligatoirement s’imposer au niveau national avant de tenter de conquérir des marchés étrangers, et dans ce sens, les marques marocaines gagneraient-elles au final de se concentrer sur le marché marocain avant de s’aventurer à l’international ?

Ceci étant dit et depuis que le Maroc a dépassé son obsession des marchés occidentaux en s’ouvrant davantage aux marchés africains, la marque Maroc gagne en force et en visibilité. En Afrique, les marques marocaines bénéficient de la crédibilité et de la notoriété dont jouit le Maroc dans le continent. C’est beaucoup plus le cas, d’ailleurs, des services que des produits, mais n’y a-t-il pas ici quelque chose à puiser pour le produit marocain ? Comment reproduire, par exemple, le modèle à succès des banques marocaines qui rayonnent en Afrique ?

Si nous sommes très loin du constat d’échec, il est certes toujours aussi frustrant de voir l’internationalisation de la marque Maroc freinée par autre chose que la qualité du produit. Quelle évaluation, à titre d’exemple, fait-on de la communication des marques marocaines ? Marquent-elles suffisamment les esprits ? Comment promouvoir à l’international les produits du terroir marocain, huiles, miel, couscous et autres toujours de plus en plus prisés dans le monde mais pas suffisamment mis en valeur ? Ce sont ces questions-là et bien d’autres que nous posons à nos invités cet après-midi. Place au débat.


Poster un Commentaire

10 − 7 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.