logo-mini

Manifestation des étudiants médecins du 28 octobre : décryptage


Partager

C’est vers une impasse que semble se diriger le bras de fer entre le ministère de Houcine El Ouardi et les étudiants en médecine. Un conflit qui dure depuis près de deux mois conduisant à l’abandon des bancs de la faculté de médecine par les élèves en médecine.

Une situation, fort inconfortable pour les deux parties. La raison : un service de santé obligatoire présenté sous forme de projet de loi, gênerait les étudiants qui estiment l’affectation en milieu rural au mieux arbitraire et au pire inefficace. Certains iraient même jusqu’à faire l’effort d’accepter les conditions sous réserve de leur préparer des conditions d’accueil sophistiquées et équipées en matériel médicale.

L’Etat défend sa politique de garantir un service public. Les  étudiants avancent leurs arguments pour éviter l’application dudit projet en cas de vote.

Mais il y a un monde muet. Le monde rural. Le Maroc compte 38 millions d’habitants dont 41% d’entre eux vivent dans le rural. Mais soyons prudents, le rural est pluriel entre les zones pauvres à moyens modestes et les zones enclavées presque oubliées, il y a encore un monde. Des femmes et des enfants, tout autant marocain que vous et moi, s’y trouvent sans moyen d’apporter réponse à leurs maux et à leur détresse.

17 millions de marocains qui seront demain un poids certain, suite aux exodes massifs. Les retenir sur leur terre, c’est leur donner dignité et permettre à notre monde agricole de poursuivre sa production, son élevage et sa vie rurale. Il n’a qu’un Maroc, celui du combat et des défis, celui du sacrifice et du réalisme, celui de l’honnêteté et de la sincérité.

L’état de santé de nos citoyens est une priorité et l’épanouissement de nos étudiants est une rigueur. Le tout est de trouver un compromis basé sur le partage des sacrifices, la mise en avant de l’intérêt général et la relecture du serment d’Hippocrate.


Poster un Commentaire

quatre − deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.