logo-mini
Loi de finances 2017

Loi de Finances 2017 : de quoi nos parlementaires sont-ils responsables ?


Partager

Loi de finances 2017

Les invités

• Mekki Zouaoui, professeur universitaire

• Tarik El Malki, économiste au sein du centre marocain de conjoncture et élu communal de l’USFP

• El Mehdi Fakir, économiste et membre du cercle des économistes du PAM

• Abderrafie El Maataoui, directeur associé du Cabinet Finaliance Audit et Conseil

Édito

Nous ouvrons le débat cet après-midi dans Avec ou Sans Parure sur la Loi de Finances 2017. Une loi qui a été élaborée dans un souci de sauvegarde des équilibres macroéconomiques. Il est question de maîtriser les dépenses de fonctionnement et d’augmenter les recettes. Un objectif qui rend nécessaire de conduire des nouvelles réformes et d’en poursuivre d’autres déjà entamées, à leur tête les régimes de retraite ou encore la caisse de compensation.

Une croissance de 4.5% est prévue pour cette année. Un objectif ambitieux mais est-il réaliste et réalisable ? Nous en débattrons avec nos invités. Car à moins que l’économie marocaine se transforme en un temps record d’économie principalement agricole à économie moderne exportatrice et à vocation industrielle, il est clair que les 4.5% de croissance semblent inatteignables. En matière fiscale, la Loi de Finances 2017 prévoit un certain nombre de mesures incitatives pour encourager l’investissement ; nous y revenons dans le débat.

Mais nous débattrons également, non seulement du fond du texte mais de sa forme. Les conditions dans lesquelles il a été pensé, élaboré, discuté et voté. La conjoncture politique était, il faut le rappeler, particulière, avec un gouvernement qui a mis près de 6 mois à se mettre en place. Dans quelle mesure cela a-t-il eu une incidence sur le calendrier du Projet de Loi de Finances mais aussi sur son contenu ? Nous y revenons.

Qu’en est-il aussi de la loi de règlement censée faire le bilan d’une loi de finances avant d’en élaborer une nouvelle ? Les bilans sont-ils faits et les enseignements sont-ils tirés pour que les mêmes erreurs ne se refassent pas ?

Qui sont les acteurs qui entrent en jeu pour la conception de loi de finances ? L’adoption finale du texte n’est possible qu’après moult allers-retours entre les deux chambres du parlement, mais de quelle marge de manœuvre disposent réellement les députés des deux chambres ? Quels budgets discutent-ils et quels autres échappent à leur vote  C’est le débat que nous ouvrons avec nos invités cet après-midi dans Avec ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

5 − un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.