logo-mini

Les opérateurs télécoms n’ont rien bloqué… selon eux!!!


Partager

C’est confirmé : ce n’est plus possible de passer un appel sur WhatsApp, FaceTime, Skype, Viber…

Comme le Petit Poucet, nous allons remonter la piste de ce blocage incompréhensible de la VoIP sur les smartphones par les trois opérateurs nationaux. Ils ont décidé en ce début d’année, de bloquer le protocole VoIP sur les réseaux 3G et 4G, en réception ou en émission.

Sur quoi s’appuient nos opérateurs pour priver des millions d’utilisateurs marocains, aujourd’hui habitués à utiliser des applications gratuites, de ces appels et de cette utilisation légale d’un service payé à l’opérateur dans le cadre du contrat d’abonnement ?

Selon Mohammed Mahfoud, en charge des Relations Presse au sein de l’Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT), « il y a une décision qui date du 06 avril 2004 –la décision 04-04 relative au statut de la téléphonie sur IP, publiée au Bulletin Officiel et qui permet aux opérateurs de procéder au blocage ».

Mais que dit exactement cette décision ?

L’article 1 de la décision ANRT/DG/N° 04-04 nous explique que « l’exploitation commerciale pour le public du service de téléphonie sur IP ainsi que le transport pour tiers du trafic ne peuvent se faire que par opérateurs télécoms détenteurs d’une licence ».

Ce texte légitime-t-il vraiment cette mesure que l’on peut presque qualifier de mesure punitive ?

Les contrats qui lient les usagers des réseaux télécoms à leurs opérateurs, ne couvrent-ils pas déjà ce volet ? Chaque abonné paye, dans le cadre de son abonnement, un volume de connexion internet ! Aucun contrat ne le lie aux applications, qui sont juste un moyen à travers lequel l’abonné consomme le volume auquel il a souscrit chez son opérateur.

L’utilisation commerciale ne se fait-elle pas plutôt au niveau des opérateurs ? Nos chers opérateurs, très chers même, ne disposent-ils pas d’une licence ? Le transport du trafic reste la chasse gardée de l’opérateur et les appels IP passent par le réseau de l’opérateur. Preuve en est, la réponse de WhatsApp : Impossible d’établir un appel. Les appels WhatsApp ne sont pas pris en charge par votre opérateur. Essayez d’utiliser un autre opérateur ou basculez vers le wifi.

Pourquoi les opérateurs s’amusent-ils à restreindre l’utilisation des consommateurs marocains en bloquant le protocole VoIP qui est un service parmi d’autres sollicitant le volume internet? Pourquoi ont-ils choisi de bloquer la VoIP, sans toucher aux messages texte et aux messages vocaux?

Quelle différence y a-t-il entre un appel vocal et l’enregistrement d’un message vocal à travers IP ? Aucune, cela revient au même : Le premier est un appel direct alors que le deuxième peut être considéré comme un appel en différé.

Comme tout usager, nous avons contacté un premier opérateur qui nous confirme que plusieurs réclamations ont été faites par les abonnés mais que l’origine du problème n’a toujours pas été identifiée. Ils ignorent encore si la restriction survient au niveau des applications ou de ses propres services techniques.

Un deuxième opérateur contacté, nous affirme à travers son responsable clientèle qu’un problème existe bel et bien au niveau de nos trois opérateurs. Il nous explique qu’aucun des trois pourvoyeurs de services télécoms n’a procédé à une restriction. Il va même jusqu’à pointer du doigt les applications qui auraient pris cette décision. Ce sont en tout cas les informations dont disposent le service technique de cet opérateur, et dont la source est le senior manager. Étrange version!!!

Et que faire du message pop-up de WhatsApp et qui s’affiche à chaque tentative d’utilisation de VoIP? Impossible d’établir un appel. Les appels WhatsApp ne sont pas pris en charge par votre opérateur. Essayez d’utiliser un autre opérateur ou basculez vers le wifi.

Retour chez l’Agence de Réglementation des Télécommunications sollicitée cette fois pour participer à un débat libre et équilibré sur les ondes de Luxe Radio. Réponse de la Direction : « La question est sensible. Nous ne souhaitons pas intervenir à ce sujet ». Voilà qui a le mérite d’être clair et qui contredit la version des opérateurs.

Au risque de créer une confusion, le Petit Poucet pourrait se retrouver chez le Petit chaperon rouge à chercher le loup ! Quelle version adopter ? Celle des opérateurs qui nient en bloc ou celle de l’application qui n’a rien à perdre et surtout rien à gagner ?


Poster un Commentaire

1 × trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.