logo-mini

Le printemps « footballistique »


Partager

La FIFA. Faut-il s’en moquer ? Peut-on en rire ? Elle est décapitée. Elle n’a plus de tête.

D’abord Sepp Blatter, son président, puis son vice-président Valcke, puis l’irréprochable Platini, président de l’UEFA, sans oublier les présidents des confédérations asiatiques et sud-américaines, tous sont passés par la case suspicion puis suspension !

Ces hommes qui déambulaient dans les aéroports comme des chefs d’États, craints et respectés car détenteurs de la clé d’une future organisation de Coupe du monde ! Oui, on nous l’avait faite celle-là monsieur Blatter en 1994, 1998, 2006 et en 2010… La FIFA de monsieur Blatter savait que les clés étaient ailleurs. Quoiqu’il en soit, l’instance suprême du football est en mal de crédibilité au point d’y nommer par intérim un certain Aissa Hayatou, actuel président de la CAF…la blague se poursuit puisque lui-même ayant baigné dans au moins trois scandales, le dernier en 2015.

Où en sont les dossiers ? Le dirigeant Blatter est soupçonné d’avoir effectué «un paiement déloyal» de 1,83 millions d’euros en faveur de Michel Platini qui insiste pour nier les faits. D’autres  dirigeants ont été interpellés pour avoir perçu environ 150 millions de dollars de pots de vin et de rétro-commissions.  Blatter et Platini ont écopé de 90 jours de suspension en attendant l’élection du nouveau président de la FIFA et Blatter a démissionné enfin pas vraiment…il s’accroche encore à son siège qu’il occupe sans partage depuis 1998.

L’origine des scandales sont riches et variés : droits de télévision, campagnes promotionnelles, achat de voix, octroi de coupe du monde etc… Oui c’est immense car la FIFA, développée par Blatter, est tentaculaire. Cette association à but non lucratif mais si créatif brasse un business de 5,7 milliards de dollars sur 4 ans entre 2011-2014.

Pour garantir son indépendance financière la fédération dispose d’une réserve qu’elle chiffre à 1,523 milliard de dollars à fin 2014. Ses « patrons » perçoivent 242.000 dollars en tant que rémunération moyenne. Que doit-on comprendre ?

La FIFA n’est plus crédible. La justice va sévir et pourrait aller jusqu’à en démanteler les tentacules. De toute façon, la FIFA n’a plus de tête et aujourd’hui peu d’âme. Depuis quelques années, cette association, censée promouvoir le football, avait quelque chose qui ne tournait pas rond au vu de tous ses rebondissements ! Le printemps football semble souffler. Blatter et ses compères jouent le temps additionnel avec une justice prête à brandir l’ultime carton rouge…même dans les vestiaires.


Poster un Commentaire

10 + 9 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.