logo-mini

La Vérité et la peur


Partager

J’aime beaucoup Kenny Arkana, cette rappeuse oubliée des ‘90s dont je viens de prendre un extrait sonore. Notamment parce que là, en quelques 10 secondes, elle vient de résumer mon sujet. La Vérité et la peur.Quand quelqu’un quelque part pense détenir la Vérité avec un grand V, j’ai peur, parce que la Vérité, c’est violent. Eh oui, c’est un absolu, qui ne souffre pas la discussion, qui n’accepte et ne peut pas admettre la contradiction, bref, la Vérité s’impose exactement comme la petite voulait s’imposer : ça connaît sa cible et ça va tout faire péter, sans s’annoncer s’il le faut, mais en fait, le plus souvent, en faisant un sermon sur ce pourquoi la Vérité est Vraie, Révélée et incontournable.

Oui, la Vérité, c’est la Foi qui aurait mal tourné, si vous voulez. Comprenez, la Foi, quand elle est don de Dieu à un individu privilégié ayant compris pour lui le sens du monde, que ce soit à travers la religion ou même, pourquoi pas, via une conviction politique, c’est une chance et un privilège. Mais quand la conviction d’avoir raison transcende toute incertitude – cette foi-là, qui pousse un homme à ne plus voir en l’autre son frère lorsqu’il n’est pas d’accord avec lui, c’est dangereux. Oui, la Vérité, c’est ce qui donne à Caïn le droit légitime de tuer Abel, en fin de compte. C’est-à-dire que c’est ce qui pousse, par extrémisme, à trahir tout ce, en quoi on croit sans s’en rendre compte, par certitude que justement, un absolu peut remplacer l’empathie et l’humanité.

Alors, des absolus possiblement meurtriers, il y en a plein. Le patriotisme, bien entendu. Là, c’est tellement simple : l’ennemi n’est plus humain, il est l’autre. Plus vite infrahumanisé que cela, il n’y a pas. Et toute une cosmologie en prime autour du héros de la Nation, de la Victoire et des attributs de la Puissance, de la Justice et de la Gloire qui vont avec.

Et tout cela avec des Majuscules, évidemment. Bien entendu, il y a aussi la politique : des extrémistes de gauche ou de droite ayant fait sauter des bombes ou décimer leur population, l’histoire en est pleine et le XXème siècle fait comme une petite parade des horreurs, d’Hitler à Pol Pot. Et puis il y a Dieu. Attention, hein, c’est toujours pareil : le problème n’est ni Dieu, ni le patriotisme, ni la gauche, la droite ou le reste. Le problème, c’est quand on est tellement sûr que ce qu’on dit est Vrai qu’on est prêt à faire sauter l’autre pour le convaincre. Quand on est prêt, par conviction à faire usage de violence. Quand on commence à former dans sa tête deux camps : ceux des Justes qui voient le monde de la même façon que nous et les autres, qu’il convient de faire taire à tout prix. Le problème, c’est quand l’argument suivant dans le débat devient…

La Vérité meurtrière, elle avance de deux manières possibles. Soit elle est officielle et dans ce cas, elle use de propagande. C’est l’URSS qui publie la Pravda, journal officiel dont le nom signifie justement Vérité.  Elle se pare des attributs de l’objectif, bien sûr, elle utilise du coup beaucoup l’image, parce que l’image, ô combien manipulable, est pourtant forte et s’impose si fort.

Ou bien alors elle est opprimée, elle se pare des accents du complot. On nous veut du mal parce que justement, on voudrait la défendre. Parce que nous sommes submergés par les impies, les corrompus, les oppresseurs. Dans ce cas, ceux qui disent le vrai, qui ont, pour citer Maïtena Biraben « un discours de vérité », sont persécutés. On ne les laisse pas parler dans les médias, on veut les censurer, avec eux, il y a toujours deux poids, deux mesures, etc.

Et c’est partiellement le cas ou bien alors, ça devrait l’être. Comprenez, celui qui pense détenir la Vérité, telle que je l’ai définie, c’est-à-dire cet absolu qui fait de celui qui n’est pas d’accord un ennemi qu’il devient légitime de faire taire, y compris par la violence, celui qui détient cette Vérité-là, je ne veux pas l’entendre, il me fait peur. Et comme c’est celui là et pas un autre qui me fait peur, c’est sûr que je vais laisser dire bien des bêtises au nom d’autres vérités plus souples, moins absolues, du fait de principes généraux, généreux et génériques comme la liberté d’expression. Mais la Vérité avec un grand V ? Celle-là, tout ce qu’elle dit je vais m’en méfier comme de la peste qu’elle est et que Camus définit si bien. Celle-là appelle en retour une réaction tout aussi violente, celle-là mène à la guerre et je ne sais pas comment faire autrement. Quand je dis je, je pense moi, bien sûr, mais aussi un peu tout le monde à dire vrai, parce que là, on est dans la réponse combat-fuite tout ce qu’il y a de plus classique. Et ça provoque des conflits intrasociaux et internationaux ces affaires là. De Vérité en Peur qui amène ses propres Vérités et toute sa symbolique, vêtues des oripeaux de l’Absolu, on se retrouve avec Daesh et la Communauté Internationale, l’Axe du Bien contre celui du Mal et placez votre curseur où vous le souhaitez, il n’y aura pas de nuance.

En d’autres temps, c’était la politique qui faisait poser des bombes et se développer des guerres. Aujourd’hui la Foi VS l’Occident hégémonique et impérialiste. Avant-hier, c’était le Catholicisme contre la Réforme. Demain, qui sait ? Peut-être bien la Machine VS l’homme, allez savoir. La Vérité change avec le temps, seul le mirage de l’absolu reste toujours le même. Quoi qu’il en soit, à chaque fois, oui, à chaque fois, il faudrait, pour bien faire, se rappeler qu’avant toute autre chose, la personne qui, en face, veut absolument nous forcer à choisir un camp, Vérité ou Peur est, comme nous, humaine et donc sujette à ce mirage de l’Absolu. Comme nous, comme moi, susceptible de transcendance et de déchéance, de violence et de bonté, d’humanité ou de terrible potentiel de chaos. Dans les temps de transition comme en ce moment, les Vérités prennent de la place, parce qu’elles sont justement absolues et que, tout étant mouvant, nous ne sommes assurés  de rien et c’est angoissant. La Vérité a ceci de maternelle qu’en Elle on trouve un refuge et qu’on est prêt à la défendre, Mère Patrie ou bien Religion de nos Pères, avec une passion toute filiale. Revenons à un peu de mesure : la Vérité, comme nos parents, est grande et peut bien se défendre seule. Quant à moi, je ne voudrais pas faire de mal à une seule mouche en son nom.


Poster un Commentaire

six − 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.