logo-mini
Unesco

Israël et les USA se retirent de l’Unesco : une tactique pour légitimer Audrey Azoulay


Partager

Unesco

En décryptage le retrait américain et israélien de l’Unesco. Les États-Unis, rejoints par Israël, ont annoncé jeudi leur retrait de l’Unesco, l’accusant d’être anti-israélienne, au moment même où l’institution, en perte de vitesse, s’apprêtait à élire son directeur général. Aujourd’hui c’est d’ailleurs Audrey Azoulay qui a été élue à la tête de l’organisme. L’ancienne directrice générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, la Bulgare Irina Bokova, a dit « regretter profondément » la décision américaine, annoncée la première, à ses yeux, préjudiciable au multilatéralisme.

Des regrets partagés par la France, qui héberge le siège de l’Unesco, par le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres qui souligne « le rôle majeur des États-Unis à l’Unesco depuis sa fondation » en 1946, et par Moscou qui a déploré « une triste nouvelle ». Le feu couve pourtant depuis des années sur fond de positions controversées de l’Unesco sur Jérusalem et Hébron, défendues par les pays arabes.


Poster un Commentaire

dix-huit + 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.