logo-mini
Elor Azaria

Quand Israël glorifie ses criminels de guerre


Partager

Elor Azaria

Le cas du soldat Elor Azaria, reconnu coupable d’homicide pour avoir achevé un Palestinien blessé, a mis en lumière de profondes lignes de fracture dans l’opinion israélienne, mais aussi dans la classe politique.

Jamais une affaire judiciaire n’avait autant divisé Israël. Depuis l’annonce de la condamnation du soldat israélien par un tribunal militaire, reconnu coupable de l’homicide d’un Palestinien mercredi 4 janvier, ceux qui plaident pour le strict respect par l’armée de valeurs éthiques se réjouissent. Selon Le Monde, ce sont surtout les dizaines de jeunes soutiens du soldat de 20 ans qui se font entendre en manifestant devant le QG de l’armée à Tel Aviv, à l’endroit même où la cour statuait. Ils dénoncent le manque de soutien de Tsahal envers un de ses soldats.

« Le peuple d’Israël n’abandonne pas l’un de ses soldats sur le champ de bataille« , proclamait une pancarte. Un sondage mené par l’institut iPanels, publié après l’annonce de la condamnation, indique que 67% des Israéliens sont en faveur d’une grâce pour Azaria, contre 19% qui y sont opposés.


Poster un Commentaire

douze + neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.