logo-mini
diplomatie culinaire

Histoire du rôle des arts culinaires dans la diplomatie et le rapprochement des cultures


Partager

diplomatie culinaire

Invité : Yves Scorsonelli, Chef Exécutif et Consultant engastronomie au Maroc et à l’international, Frédéric Calmès, Chroniqueur Luxe Radio, Fatéma Hal, Auteure et ethnologue et Eduardo Van Gucht, Consultant en hôtellerie et restauration

La diplomatie culinaire a désormais son Festival dont la première édition s’ouvre à Fès en Avril prochain. La diplomatie culinaire suppose que la cuisine, les mets, les repas, ont un rôle bien plus important que seulement de faire taire la faim. Elle suppose que la cuisine est un message non-verbal, un facilitateur de négociations. Lors de grandes réceptions politiques, de la disposition des tables au choix des repas servis jusqu’à la provenance des ingrédients, tout a un sens, tout est un message culinaire subliminal au service d’une cause politique. La politique divise les Hommes, la bonne table les réunit, dit un célèbre proverbe. La diplomatie culinaire en ce sens, si elle n’est pas enseignée à l’école au même titre que les autres branches de diplomatie, n’en demeure pas moins l’une des plus pratiquées de tous temps.

Par ailleurs on retrouve la notion de gastro-diplomatie qui, elle, serait une forme récente de relations internationales ; le moyen de promouvoir un pays en faisant ouvertement la promotion de sa cuisine et de son patrimoine culinaire.

Dans l’un ou l’autre cas, la gastronomie se présente de plus en plus comme étant une affaire d’Etat alors que le  » soft power  » est de mise en matière de diplomatie.

Si la prise de conscience de l’importance de la cuisine en politique est aussi vieille que l’exercice même de la politique, sa mise en avant officielle comme arme de diplomatie, est assez récente et même un peu tardive. La France avec l’opération  » gastrono-diplomatie  » lancée par l’ancien chef de la diplomatie française Laurent Fabius, les États-Unis avec le Partenariat Diplomatique Culinaire lancé par Hilary Clinton et le Maroc avec son Festival de la Diplomatie Culinaire, il est clair que plus que jamais le concept s’installe et se développe.

La cuisine marocaine par l’influence de ses différentes cultures est l’une des plus riches et des plus appréciées du monde. En 2014, elle a été sacrée deuxième meilleure cuisine du monde. L’histoire du Maroc et ses coutumes se retrouvent dans sa cuisine, le Maroc est ainsi devenu au fil des ans, une destination gastronomique de choix. Comment exploiter cette richesse ? Comment en faire une arme diplomatique ? C’est le débat que nous ouvrons avec nos invités cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.


Poster un Commentaire

six − 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.