logo-mini

Coolsculpting : comment ça fonctionne ?

Partager

Coolsculpting : comment ça fonctionne ?

Le CoolSculpting est utilisé par plus de 8 millions de patients à travers le globe. Approuvé par la FDA américaine, il promet des résultats durables sans cicatrices ni risques de nécrose. Une technique qui vise à détruire les cellules graisseuses par le froid afin d’affiner et redessiner la silhouette. Nous sommes allés à la rencontre du Dr Imane Slaoui, pour comprendre le fonctionnement de cette technique,  débarquée tout droit des États-Unis.

Un applicateur est posé sur la zone à traiter et va extraire la chaleur du corps de manière ciblée pour ne pas abîmer les tissus voisins.Un procédé non-invasif qui élimine sélectivement les tissus gras sous cutanés sans léser les tissus environnants  et sans endommager la peau, diminuant les couches de graisses sur de multiples zones du corps.

Le Coolsculting permet d’atomiser les amas graisseux localisés sans passer par la case bistouri. Culotte de cheval, ventre, double menton… Les résultats semblent être probants, avec un taux de satisfaction de 92% au Maroc. Un résultat qui peut être amélioré grâce à une activité physique et une bonne hygiène de vie.  

Le premier système de Coolsculpting a été adopté par le CHU de Tanger ; Ahmed Rhinaoui, président du Laboratoire EUROMEDIC, Distributeur Officiel Coolsculpting dans le Royaume, a introduit depuis deux ans cette technique au Maroc, il parle de 3000 traitements administrés par des médecins marocains avec zéro effets secondaires et zéro brûlures avec des résultats garantis en 1 à 2 séances.

Ne nécessitant aucune anesthésie, ni chirurgie, il offre une alternative à la chirurgie permettant de reprendre dans la foulée les activités habituelles.

Le diagnostic est propre à chaque patient, il est personnalisé et regroupe plusieurs critères dont les objectifs, les priorités, les besoins, les contre-indications et les antécédents du patient. Il existe plusieurs formes et plusieurs tailles d’applicateurs, conçus pour s’adapter parfaitement aux différentes zones du corps qu’il est possible de traiter avec le traitement CoolSculpting. Dr Imane Slaoui évoque tout de même quelques contre-indications

Après la séance, le patient peut ressentir une sensation de froid très intense et de légers picotements. La durée de la séance dépend du nombre de zones à traiter. Suite à la séance, le médecin pratique un massage pour remodeler la peau distendue par la succion de l’applicateur. Certaines rougeurs ou des ecchymoses peuvent apparaitre au niveau de la zone mais pas de quoi s’alarmer, il est recommandé de revoir son médecin au bout de trois mois pour suivre l’évolution de la silhouette.

Dans les semaines à venir, les cellules graisseuses cristallisées par le traitement libèrent la graisse qui est éliminée de façon naturelle par le corps. 3 mois après le traitement, votre couche graisseuse peut-être réduite jusqu’à 27% selon les zones ciblées.

Pour un résultat optimal, le Coolsculpting  doit être pratiqué dans un milieu médical, exclusivement par des médecins, généralement des médecins esthétiques, des dermatologues ou des chirurgiens plasticiens.


Poster un Commentaire

2 × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.