logo-mini
Bourse de Casablanca

Bourse de Casablanca : Quelles opportunités pour nos entreprises?


Partager

Bourse de Casablanca

Les invités : Karim Hajji, Directeur Général de la Bourse de Casablanca, Mahmoud Oudrhri, Directeur Général délégué Saham Assurance, Mohamed Benmoussa, Economiste et Membre du Bureau Exécutif du Mouvement Damir, Nabil Adel, Economiste, chroniqueur et professeur universitaire et Mohamed Khanchi, Professeur à l’Université Internationale de Rabat.

Nous ouvrons le débat avec nos invités cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure sur la bourse des valeurs de Casablanca et les opportunités qu’elle ambitionne d’offrir aux  entreprises  et notamment aux PME. Une place casablancaise aux grandes ambitions, à ce niveau, mais aussi au niveau du grand projet Casablanca Finance City qui veut faire du Maroc un hub pour l’Afrique. Et si Casablanca veut être un hub pour l’Afrique, il faudra faire face à la concurrence africaine, l’Afrique du Sud notamment mais aussi l’Egypte.

Mais la bourse des valeurs de Casablanca a-t-elle les moyens de ses ambitions ? Avec des introductions qui se font désirer, des sociétés cotées qui affichent des résultats en baisse et une crise financière qui, en s’éloignant, sert de moins en moins de justification pour la crise boursière, la Bourse des Valeurs de Casablanca a, pour le moins qu’on puisse dire, du pain sur la planche. Mais elle n’est pas seule dans ce combat, force est de constater qu’elle y est grandement aidée par des projections de  législations qui devraient lui permettre de s’ouvrir aux entreprises étrangères, PME et fonds immobiliers. Du sang neuf qui n’est certainement pas de refus si la BVC veut augmenter sa capitalisation.

La Bourse des Valeurs de Casablanca doit être attractive et attirer davantage de sociétés dans son giron. Elle fait pour cela de gros efforts pour renforcer sa visibilité à travers, entre autres, des partenariats stratégiques internationaux, comme récemment avec le London Stock Exchange Group pour lancer au Maroc le programme «Elite» d’accompagnement des PME ; un programme qui s’adresse aux PME à fort potentiel de croissance afin de les préparer au financement par le marché financier. Et il est vrai que nos PME ont besoin d’un accès facilité au marché des capitaux ; elles, qui représentent, faut-il le rappeler, 95 % du tissu économique marocain, mais qui ne sont que très peu représentées à la Bourse.

Dans le même sens, un accord tripartite a été signé récemment entre la BVC, l’ANPME et l’Association Professionnelle des Sociétés de Bourse. L’objectif étant de doter les PME des outils leur permettant d’accéder aux diverses sources de financement qu’offrent le marché financier en général, et le marché des capitaux en particulier.

Comment se porte la Bourse des Valeurs de Casablanca ? Est-elle à la hauteur des besoins des entreprises en générale et des PME en particulier ? Que gagnent nos sociétés  à rejoindre la Bourse ou que perdent-elles à ne pas le faire ? C’est notre débat cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.


One comment

    • idriss Linge-
    • 15 février 2016 at 18:41-

    vraiment und ébat interessant j’espère que des millie de marocains ont suivi cette émission

Poster un Commentaire

trois × 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.