logo-mini
Bibimbap

Le Bibimbap d’Edward Kwon


Partager

Bibimbap

Coup de projecteur aujourd’hui sur le Bibimbap, un délice tendance, représentatif de la gastronomie coréenne, réputée pour être à la fois diététique et créative… une cuisine élégante aux compositions équilibrées, qui associe avec génie, couleurs, saveurs et textures…

Le Bibimbap, est en fait un mélange de riz source d’énergie, de viande marinée pour les protéines et de légumes sautés ou blanchis pour faire le plein de fibres, de minéraux et de vitamines… Un repas.

complet et pratique que l’on sert traditionnellement dans un bol de pierre en fonte, en toute simplicité, non seulement pour maintenir les ingrédients au chaud, mais aussi pour faire de la dégustation, un pur moment de plaisir…

Pour la recette, il y en a plusieurs. Le seul point commun est le riz, qui reste l’ingrédient de base. Ensuite, on y rajoute selon l’humeur les aliments qui nous font envie.

Pour s’inspirer, je vous propose de suivre les pas du célèbre chef sud coréen Edward Kwon. Après plusieurs années passées à se forger une expérience aux États-Unis, en Chine et au Moyen-Orient, il est revenu travailler à Séoul, où il est devenu une grande figure de proue dans la sphère gastronomique. Le chef a d’ailleurs été convié pour présenter sa propre version du Bibimbap sur une fameuse émission diffusée sur CNN. Il y a alors retracé l’histoire de ce plat, racontant qu’il s’agissait d’un met que l’on servait à la royauté, et qu’il exigeait un riz de qualité, une viande fraîche et des légumes de saison. Kwon rassure toutefois que le Bibimbap s’est peu à peu démocratisé jusqu’au point de devenir aujourd’hui un plat décontracté, que l’on peut même concocter avec les simples restes de la veille. Un peu comme le principe d’une paella espagnole.

Dans sa version revisitée de cette spécialité, le Chef remplace ainsi le riz blanc par un mélange de riz noir frit et du sarrasin, qu’il dépose sur une sauce combinant « gochujang, » ladite pâte de piment rouge, et de la mayonnaise. Au-dessus, il dispose délicatement ses légumes parfaitement blanchis, puis il recouvre le tout d’une merveilleuse tuile de sésame, cuite joliment à la française.

Ce plat, comptant parmi les plus grands succès d’Edward Kwon, fait désormais partie des 10 recettes fusion développées pour les Jeux Olympiques d’hiver de 2018 ; qui attirera des centaines de milliers de personnes à la ville alpine sud-coréenne de PyeongChang, située à quelque 128 kilomètres à l’est de Séoul.


Poster un Commentaire

seize + 18 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.