logo-mini
Avant

Avant, c’est maintenant !


Partager

Avant

Partout, il règne une forte nostalgie du temps d’avant. Avant, c’était mieux parait-il. Beaucoup mieux.

La France des clochers, des villages et des quatre cent coups. Le Maroc du burnous,  du respect des anciens et des chorfas. La Russie du Tzar, l’Allemagne du Kaiser, l’Angleterre de Victoria.

Jadis, les choses étaient bien organisées et ordonnées.

Les hommes prétendaient être au service de Dieu et agir sur ses instructions.

Les femmes étaient à la place que ce même Dieu leur a assigné, à la maison, au service de l’homme et de son bon plaisir.

Les enfants d’ouvriers devenaient ce que Dieu voulaient qu’ils deviennent et Dieu voulait qu’ils deviennent ouvriers, les enfants d’artisans devenaient ce que Dieu voulaient qu’ils deviennent et Dieu voulait qu’ils deviennent artisans, le fils du patron devenait ce que Dieu voulait qu’il devienne et Dieu voulait qu’il devienne le patron.

Les étrangers vivaient à l’étranger, les noirs étaient esclaves et les déviants étaient rectifiés séance tenante. Exactement ce que Dieu voulait.

Bref un monde cohérent, organisé, harmonieux et rassurant du moins quand on n’était ni une femme, ni un ouvrier, ni un paysan, ni un artisan, ni un étranger, ni un noir, ni un déviant…..

Mais aujourd’hui ? Tout fout le camp, ma bonne dame.

Les noirs sont présidents, les femmes prétendent sortir de leurs maisons, occuper l’espace public et décider seules de leur vie et parfois elles font même des bébés toutes seules.

Les enfants d’ouvriers prétendent devenir médecins, avocats ou ministres. Les étrangers sont partout. Les déviants ont pris le pouvoir et nous servent du mariage pour tous, des lois contre l’homophobie et des programmes télévisés contre nature.

Tout fout le camp, j’vous dis.

Kaput le kaiser. Bre-Exit Victoria. Oust le Maréchal !

Mais cela c’était sans compter sur nos amis populistes, avec eux, avant c’est maintenant.

Grâce à l’ami Donald, plus de président noir, plus d’étrangers, plus de femme de tête mais que des femmes que l’on attrape par le canichon. Mais à nouveau de la torture, du racisme, du sexisme et du mépris de loi, des juges et de l’égalité. Cagoule bas.

Grâce à l’ami Vladimir, si la soupe est tiède, vous pourrez coller une raclée à votre épouse sans avoir de comptes à rendre à un magistrat sourcilleux. Dehors les sourcilleux !

Avec l’ami Bachar, la pendaison est de nouveau furieusement tendance. Saidnaya, the place to be. Gaule garantie !

Et avec l’amie Marine, ce sont les matraques télescopiques des policiers et non les musulmanes qui sortiront couvertes.

Vous voulez le bon vieux temps, il est à vous. Servez-vous ! Et ne vous bousculez pas, y aura des larmes, du sang, de la sueur, de l’urine et des excréments pour tout le monde.

Mais ce sang, ces larmes et cette urine fleureront bon la vieille France, la sainte Russie, le Reich millénaire, le Grand Israël, le Califat ou l’America first….Et c’est bien là l’essentiel !


Poster un Commentaire

15 + quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.