logo-mini

Attentats en Chine, piste criminelle ou séparatiste?


Partager

Une série de 17 explosions a fait près de 10 morts et 51 blessés la veille de la fête nationale en Chine dans la province du Guangxi au Sud Est de la Chine, en seulement 24 h.

Les autorités s’empressent d’invoquer la piste criminelle et excluent toute thèse terroriste. Il s’agirait d’attentats du ressentiment courant nous dit-on dans le pays et qui seraient le fait d’individus victimes d’injustices, de mesures de rétorsions d’une administration parfois kafkaïenne….

C’est fort possible. Toute information sur le sujet est toutefois censurée dans les médias et les réseaux sociaux. Les instructions sont explicites : Pas de reportages, pas de couvertures directes, que des photos prises de loin, s’en tenir aux sources de l’agence officielle Chine Nouvelle.

L’hypothèse d’un attentat commis par la minorité indépendantiste turcophone et musulmane Ouighour dont les droits élémentaires sont bafoués est probable eut égard au mode opératoire et à l’organisation mise en place.

L’occasion m’est faite ce matin donc de parler de cette minorité isolée et oubliée.

Les sujets sur la Chine ne manquent pas. Nous aurions pu ce matin discourir sur le ralentissement inquiétant de la croissance de l’économie chinoise qui serait de 5,5, % au plus,  loin donc des 7% officiels, de sa tertiarisation, de sa bulle financière ou immobilière. Nous aurions pu aussi présenter l’impact de ce ralentissement sur les marchés des matières premières et sur le baril de pétrole.

En ce vendredi saint, ayons une pensée notamment pour les victimes de la tragédie de Mina et leurs familles, à dieu nous sommes et à dieu nous retournons.

En ce vendredi saint ayons également une pensée pour tous les opprimés de part le monde, quelles que soient leur confession ou appartenance religieuse.

Ayons une pensée particulière pour ces musulmans du lointain, ces musulmans de Chine, qui, à l’abri des caméras et de la presse vivent une répression continue prenant pour cible notamment leurs droits linguistiques, culturels et religieux. En Chine, en interdisant notamment le jeune du Ramadan, Il s’agit d’arracher les Ouighours à leur culture musulmane, ni plus ni moins….

Les violences intercommunautaires sont courantes dans cette région provoquant régulièrement des centaines de morts, la répression contre les ouighours y est terrible…mais leur sort intéresse peu de monde et en tout cas ne suscite que peu d’intérêts dans les pays musulmans eux-mêmes…La Chine est puissante économiquement, très puissante il est vrai….

Dans la région du Xinjiang, l’observance du Ramadan a été restreinte et interdite par les autorités chinoises ce que seule l’autorité d’al Azhar a dénoncé. Les populations sur lesquelles le pouvoir peut exercer un contrôle direct sont ciblées en premier lieu. Les fonctionnaires, enseignants et étudiants sont particulièrement visés et interdits de rassemblement… Une note officielle du gouvernement et adressée aux fonctionnaires est d’ailleurs claire : « Durant le Ramadan, ne jeunez pas, ne participez pas à des veillées ou à d’autres activités religieuses… »

Les restaurants sont sommés de rester ouverts et des missions d’inspection, destinées à assurer la paix sociale et identifier « les mauvais citoyens » ont cours.

Je rappelle à nos chers auditeurs que l’Islam en Chine est un des plus anciens au Monde et remonterait  aux années 650 et plus particulièrement au règne du calife Othman Ibn Affan. Cet islam est composé de minorités Ouighours à 40% mais pas seulement. Ils sont aussi Tatars, Kazakhs, Kirghizes, Mongoles…ou même Huis à près de 50% c’est-à-dire des Hans islamisés…

Ils sont, d’après les chiffres officiels, près de 20 millions mais en réalité beaucoup plus, près de 75 à 80 millions selon certaines études universitaires américaines et anglaises, c’est-à-dire plus que toute la population du Maghreb réunie…


Poster un Commentaire

4 × 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.