logo-mini

Attentats de Paris : Le débat qui n’aura pas lieu en France ?


Partager

Invités : Abdellah Cherif Ouazzani, Enseignant chercheur – Docteur en Islamologie, Redouane Mfaddel, Entrepreneur – acteur associatif et chroniqueur des Matins Luxe, Redouane Laafou, Enseignant chercheur et Malika Barki, Présidente de l’Association Bi-Nat

En fin de semaine dernière, Daech a frappé fort, deux jours de suite, en dehors de la Syrie et de l’Irak. Jeudi 12 novembre, Beyrouth a pleuré 44 morts dans un double attentat suicide contre le Hezbollah libanais en représailles à son soutien au régime syrien. Le lendemain, c’était au tour de la France de faire les frais de son intervention militaire en Syrie notamment.

Vendredi 13 novembre, Paris a été frappée au cœur alors qu’elle s’y attendait le moins ou alors qu’elle devait s’y attendre le plus. 8 kamikazes ont tué 129 personnes au moins, plus de 300 autres sont blessées. C’est définitivement un événement qui a fait ce vendredi une triste entrée dans la grande histoire de France. Dans un communiqué revendicatif fier et glaçant émis par Daech, l’organisation terroriste prévient la France que ce n’est que le début, un avertissement, une sorte d’avant goût de ce à quoi la France devrait s’habituer tant qu’elle poursuivra ses opérations en Syrie et en Irak, notamment.

La guerre que mène la France dans ces pays depuis quelques années s’y croyant investie d’une mission de pacification s’est donc invitée sur le territoire français ce vendredi 13 novembre et la France, les français ont vécu la terreur qui était jusque là pour la France et les français une notion abstraite. Là les choses se concrétisent.

La France paie-t-elle le prix de ses choix politiques et militaires ? La France paie-t-elle le prix de ce qui est peut-être une arrogance de ses politiques se croyant intouchables et à l’abri des représailles ? La France a-t-elle été naïve ? La France s’y est-elle mal pris ? Les attentats du 13 novembre sont-ils la fin de la bataille que mène la France en dehors de ses frontières ou sont-ils au contraire le début d’une guerre encore plus déterminée de la France contre le terrorisme qu’elle connaît bien désormais ?

La France a déjà annoncé la couleur dès le lendemain des attentats en frappant massivement le fief de Daech à Raqqa en Syrie et une chose est sûre, la France est aujourd’hui, et faut-il s’en prévaloir, l’ennemi numéro un de l’EI, tout comme les États-Unis furent l’ennemi numéro un d’Al Qaïda. Comment la France a-t-elle réussi ce triste exploit ? Par ailleurs, ces kamikazes se revendiquant de Daech, ont beau s’appeler Said, Cherif, Abdeslam, Ismael et autres prénoms des origines arabes, ces jeunes hommes n’en restent pas moins français. Pourquoi détestent-ils autant la France ? La France y est-elle pour quelque chose ? Si ces questions et beaucoup d’autres se posent, c’est que l’émotion et l’incompréhension laisse souvent et à juste titre place à l’envie de comprendre. Il va sans dire par ailleurs que les réponses à ces questions aideraient à expliquer des actes d’une atrocité condamnable et incontestable, mais en aucun cas ne permettraient-elles de les justifier.

Comprendre son ennemi pour mieux le combattre, voilà de quoi il est question, et se remettre en question, bien sûr, mais en aucun cas ne faut-il remettre en question les valeurs de la paix, la valeur de la vie humaine, soit-elle palestinienne, israélienne, syrienne, irakienne, libanaise ou française. Nous pleurons Beyrouth et ses 44 morts, nous  pleurons Paris et ses 129 morts et nous pleurons la Palestine et ses enfants morts qu’on ne compte plus depuis plus de soixante ans. Où va le monde ? La guerre est-ce la solution ? C’est notre débat cet après-midi dans Avec Ou Sans Parure.


One comment

    • anis sebti-
    • 17 novembre 2015 at 20:49-

    Bonjour
    Suite à cette émission , je salue au passage la sagesse de Mr Mfadel pour ses analyses pertinentes equilibrées et très intéresssante (quoique je ne suis pas d’accord avec lui lorsqu’il a parlé de dommages collatéraux s’agissant des bombardements en syrie) mais le reste fut un régal..
    Quant à l’excité Mr Lafoue redouane,à mon avis, il était limite « incitation à la haine anti française’ très peu de mots condamnant les massacres de Paris et beaucoup de phrases trop longues invectivant la France son passé sa politique son peuple ses moeurs (il a accusé dès sa seconde intervention les EU-20′ et d’emblée du lobby sioniste et homosexuel qui fabrique les lois 23′ ….)Sa vision binaire des choses voire manichéenne décrédibilise ses analyses et tout comportement excessif est insignifiant.
    A l’écouter, la France a bien mérité son sort.
    Je dénonce cette attitude désequilibrée dénuée de tout sens raisonnable et vu le peu de formation politique de mes concitoyens ,il y a un risque que les opinions de Mr Lafoue risquent de vite se propager au sein de notre fragile société la raison pour laquelle je propose que Mehdi Touassi invite des personnes prudentes qui connaissent le poids des mots et non des nervis de la politique qui sont dans eternellement dans la haine, la contestation , et la critique destructive et insensée .
    Merci

Poster un Commentaire

dix-neuf + dix-huit =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.