logo-mini
tricot

Le tricot un outil de bien-être


Partager

tricot

Souriez, respirez, tricotez ! C’est prouvé, le tricot est une activité antistress qui permet de se détendre et de s’éloigner un instant de la vie trépidante qui anime nos vies.

S’accorder un moment de douceur avec une pelote de laine et des aiguilles, mettre ses petits doigts en activité, laisser échapper les tensions du cerveau et créer un moment de calme en créant avec un cœur plein d’amour,  en voici une activité emplie de magie, un plaisir à s’offrir lorsqu’on réussit à réaliser de jolis layettes de bébé, des doudous originaux, des bonnets rigolos ou des bracelets multicolores…

L’hiver se fait alors doudou et tendance, car oui, tricoter est indémodable. D’ailleurs outre les grands créateurs comme Gaultier ou Balenciaga qui ne font jamais l’impasse sur la maille pour leurs collections, on parle aussi de Yarn Bombing. Une discipline née en 2005 qui mêle tricot et graffiti au service du street art. Une pratique qui consiste à recouvrir des éléments du mobilier urbain par des pièces de tricot : troncs d’arbres, escaliers, cabines téléphoniques ou voiturettes, autant d’objets qui prennent l’allure de véritables œuvres d’arts… de quoi colorer le quotidien et l’embellir, et apporter de la gaieté dans des espaces grisés par les embouteillages et les buildings!

Tricoter en écoutant la radio, tout en profitant des rayons du soleil et d’une vue imprenable face à la mer, cela permet de ralentir le rythme cardiaque. Selon Carrie Barron, professeure en psychiatrie à l’Université de Columbia, le tricot a des bienfaits similaires à la méditation, car lorsqu’on se concentre longtemps sur le même geste, lorsqu’on le répète encore et encore, cela permet de faire travailler à la fois l’esprit et le corps et l’on entre donc dans un état de relaxation profonde.

L’humeur est ainsi améliorée car le tricot permet de mettre ses problèmes de côté, et de plonger dans une activité qui redonne de l’énergie.

Pour Yonas Geda, professeur en neurologie et de psychiatrie, le tricot aurait également un effet positif sur des maladies telles que la démence et Alzheimer, en stimulant les connexions neuronales.

Cette activité est également un outil de prévention contre l’arthrite car permet de faire travailler ses mains entières ainsi que ses avant-bras, et aide par ailleurs à développer son estime de soi. Confectionner un joli pull ou une écharpe avec patience procurerait en effet un sentiment de satisfaction et d’accomplissement.


Poster un Commentaire

trois × quatre =