logo-mini
intellectuels

Sur le rôle des intellectuels


Partager

intellectuels

Les intellectuels.

Drôle d’invention, vous en conviendrez…

Qui sont-ils ? Des savants ? Des érudits ? Des écrivains ? Des journalistes… Des artistes ?

Dira-t-on qu’ils appartiennent à la catégorie, large, au fond, des travailleurs intellectuels ? Avec ses cadres supérieurs, ses cadres intermédiaires, ses prolétaires…

Son paradis, son enfer.

Ce que l’on peut dire, en tout cas, c’est que cette catégorie, – le terme apparaît avec Sartre, et pourrait bien être de son fait -, oui, cette catégorie regroupe des individualités différentes, mais dont la particularité, et cela de manière cyclique, est de chercher sa définition, en permanence… Sont-ils engagés, organiques, universels, ah !, les intellectuels, on ne sait jamais par quel terme les définir.

Alors, décidons, ici, – après tant d’autres, qu’aujourd’hui, l’Intellectuel se doit, – dans un moment où tant de mutations convergent, donnant à la Théorie des Catastrophes la possibilité d’un nouveau moment de gloire, mondiale, cette fois… Oui, que l’Intellectuel, est cet Homme, cette Femme, dont la fonction première est, pour le dire simplement, clairement, de s’occuper des mots…

Que cela veut-il dire, au fond ?

Et bien, cela renvoie au fait qu’il existe, aujourd’hui, dans une large mesure, des mots, – qui ont pris la forme et la puissance du langage -, des mots, expressions, vocables, termes, qui, ne renvoyant pas au sens qui devrait être le leur, sont utilisés, diffusés, dans un sens totalement perverti.

Cette perversion puisant évidemment, dans une boîte qui ne manque pas des outils sémantiques, syntaxiques, greffes, analogies, déplacements contextuels, montages, compositions, injection massive d’émotions, de moraline, etc.… Alors, oui, le rôle des intellectuels, est, en ce siècle où les mots se produisent dans des usines, – comme les armes, les intellectuels doivent être des philologues !

Car au fond, les mots passent, repassent…

Et, comme ces personnes que l’on n’avait pas invitées, finissent par s’installer… Et finissent,  à terme, par mettre à la porte ceux qui ont reçu un carton d’invitation… Oui, aujourd’hui, les mots les plus faux, les concepts les plus vides, les combinaisons sémantiques les plus inappropriées, ont peut-être conquis tout l’espace. Que signifient… Capital Humain, Économiquement non-viable, Communauté Internationale, Migrants, Acteurs du changement, Territoires Occupés, etc.…

Pourtant, c’est de la fausseté que l’on tire les nouvelles émotions, convictions, c’est de la réduction que naît la conversation mondiale !

Et, c’est, à terme, lorsque la Confusion est à son apogée, lorsqu’elle est réclamée de tous que peut naître ce que certains nouveaux gourous du langage nomment Vérité Alternative.

L’expression n’est-elle pas fabuleuse ?

N’était-elle pas attendue, au fond ?

Faut-il en rire, en pleurer ?

Non, bien sûr, comprendre, c’st-à-dire combattre.

Exemple de vérité alternative, méthode ? Voulez-vous savoir comment ça marche, cette chose qui est en train devenir le socle du discours global ?

Vérité alternative signifie que même si une chose est fausse, la faire ressembler à une chose vraie, suffit à la faire dire « vraie », c’est l’idée que ce qui est faux, pourrait être vrai, aurait très bien pu se passer, au fond ? Et l’on sait les moyens que l’on peut mettre à faire qu’une chose qui ne s’est jamais produite… Est arrivée !

Alors bien sûr, cette idée de Vérité Alternative, si elle a ses défenseurs, suppose qu’au fond, tout est relatif… Et aujourd’hui, même les faits.

Vous auriez pu tuer cet Homme, il aurait suffit que, – vous connaissant un peu, connaissant votre culture, votre histoire, etc.… Il vous manquait seulement les raisons immédiates, l’étincelle, pour le commettre, ce meurtre…  De même que sans arriver jusqu’au meurtre, vous auriez pu la dire, cette chose affreuse, vous pourriez être raciste, haineux, il aurait suffit de si peu de choses… Pour que la terrible coïncidence soit possible.

Alors, le rôle des intellectuels est d’accepter qu’ils ont un nouvel ennemi, un ennemi qui, une fois de plus, voudrait détruire le sens, pour détruire l’Homme et le Monde.

Une vieille Histoire, en vérité. Ce qui fait dire, à la fin, que le rôle des intellectuels n’a pas vraiment changé.


Poster un Commentaire

trois × quatre =