logo-mini
mobilité

La voiture et la mobilité à l’horizon 2035


Partager

mobilité

Dans les laboratoires de recherches privés et publics, les experts planchent sur des concepts, technologies et solutions pour la voiture de demain.

La recherche développement dans ce domaine se concentre sur quelques volets principaux :

Pour 2020 : La voiture connectée et la voiture autonome.

Au-delà de 2030, les chercheurs voient plus grand et repensent en profondeur le concept même de voiture.

Ils se projettent dans le futur en faisant presque table rase du passé et ils cassent les codes actuels de l’automobile, ses fondamentaux comme la carrosserie, la plateforme et la liaison au sol.

Le postulat de base des scientifiques, ingénieurs et développeurs est qu’au delà de 2030, le besoin de transport individuel sera toujours là, mais il s’exprimera probablement différemment.

À savoir : la voiture ne sera plus une propriété individuelle privée. On pourra commander une voiture autonome comme on commande un taxi.

Et plus largement ; les chercheurs développent des concepts qui brisent la norme actuelle d’une voiture à caisse intégrée.

Ils travaillent sur des concepts complètement différents : une base ou vecteur, une sorte de plateforme indépendante équipée d’un groupe motopropulseur.

Ce vecteur serait dédié à conduire les passagers d’un lieu à un autre en étant dirigé via un objet connecté, un smartphone voire même directement par le cerveau.

Les chercheurs expliquent que dans leur vision de la mobilité du futur, l’occupation et l’habitat des espaces sont repensés.

La voiture du futur est indissociable de la ville du futur.

En clair, à l’horizon 2050, la ville est structurée par pôles ;

Chaque pôle avec une fonction.

Pôle résidentiel, pôle urbain et commercial très denses, pôle loisirs, et ces pôles seraient reliés entre eux par des canaux de mobilité créés pour prendre en charge les vecteurs (ou véhicules du futur) et les transporter automatiquement et à grande vitesse jusqu’à l’adresse souhaitée.

Ce qu’il faut imaginer c’est que ce vecteur n’a pas la forme d’un véhicule tel qu’on le connaît actuellement.

Lorsque le vecteur arrive après qu’on l’ait commandé, on y intègre ou on y branche une cellule personnalisée.

Une sorte de bulle de voyage, une cellule temporaire et personnalisable.

Grâce à l’intelligence artificielle, cette cellule ou bulle connaît nos habitudes, centres d’intérêts, préférences etc.

Elle serait créée à domicile avant le déplacement ou créée par un générateur de bulles, mis en commun dans le quartier où l’on habite.

Lorsque  le vecteur arrive à notre point de départ (domicile, bureau) la bulle personnalisée s’y rattache et le transport débute.

Au lieu d’une voiture, le futur ce sont ces espaces privés éphémères qu’on crée et recrée pour les pluger sur des vecteurs qui se déplacent sur des canaux de mobilité.

Ce canal transporte à grande vitesse.

Arrivé à la destination,  le vecteur  et la bulle se désolidarisent.

Le vecteur reprend le chemin du fournisseur de mobilité qui l’avait envoyé.

Car il faut le noter, dans ce travail urbain d’anticipation, les véhicules qui occupent de la place au sol n’auront plus accès aux zones urbaines.

En effet, dans cette mobilité du futur, la ville se développe en hauteur, à la verticale et non plus horizontalement et ce, en raison du manque de foncier et de surface au sol.

Par conséquent, les solutions de transport imaginées par les chercheurs consistaient à libérer le maximum d’emprise au sol, en créant d’autres types de canaux que les routes, avenues et rues actuelles.

Des canaux différents seront construits, pour transporter les humains et leurs bulles.

Ces bulles pourraient se déplacer dans des ascenseurs à la verticale ou dans des tubes à l’horizontal ou inclinés, elles pourraient même s’accrocher sous un dirigeable qui jouerait le rôle de navette aérienne.

Les chercheurs qui développent ce concept déclarent s’inspirer de la nature et de la biologie moléculaire. Ils étudient la manière dont les cellules se déplacent dans le corps humain.


Poster un Commentaire

quatre × quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.