logo-mini
Marcelin Flandrin

Sur les traces de Marcelin Flandrin


Partager

Marcelin Flandrin

Marcelin Flandrin découvre le Maroc en 1912, en pleine guerre, en y effectuant son service militaire comme volontaire.

Passionné de photographie, il deviendra l’un des principaux  photographes  accrédités auprès des services de la Résidence Général du Protectorat.

Marcelin Flandrin sillonne le Royaume pour en capter l’essence de ses paysages, de ses scènes de vie, de sa culture, tentant de restituer à travers ses prises de vue l’âme du pays et de ses habitants.

Marcelin Flandrin avait pour mission  de documenter l’œuvre de la colonisation française.

Pionnier de la photographie aérienne, ses clichés d’une grande qualité artistique ont  servi à appuyer les réflexions urbanistiques des services du protectorat.

Photographe téméraire,  on lui doit toute une série de reportages, souvent réalisés au péril de sa vie au cours de la guerre du RIFF qu’il couvrit en majeur partie en première ligne.

Lors de la première guerre mondiale, Marcelin Flandrin est mobilisé par l’armée française où il sera affecté au service photographique des armées.

À sa demande, il servira dans l’aviation et terminera la guerre comme observateur aérien. On lui doit d’ailleurs de nombreux clichés aériens des différents combats de la fin de la grande guerre.

Démobilisé, le photographe retourne au Maroc et s’y installe comme photographe à Casablanca. Il immortalisera cette ville en pleine évolution et publiera, en 1921, dans l’illustration, un reportage photographique d’un voyage aérien entre Casablanca et la France.

En 1922, il sera chargé d’illustrer, à l’exposition coloniale de Marseille, le pavillon du Maroc sur le thème  » Maroc d’hier et d’aujourd’hui « .

En 1926, il suit le sultan du Maroc lors de son voyage officiel en France et réalise un ouvrage de luxe qui relate l’événement.

Marcelin Flandrin sera aussi l’un des plus importants éditeurs de cartes postales du Maroc, Guerre du Riff, villes et villages du Royaume seront à jamais immortalisés grâce à lui.

Pour les plus curieux, sachez qu’une exposition lui est en ce moment dédiée, baptisée Marcelin Flandrin « Sur les rives du passé » l’exposition présente une série de clichés, des arrêts sur images de la région Rabat-Kénitra.

Le visiteur pourra se plonger dans le passé pour en saisir toute la profondeur historique, ses trésors patrimoniaux, ses hommes, ses femmes, ses médinas et ses historiques, ainsi que ses villes nouvelles en pleine expansion.


Poster un Commentaire

15 + dix-neuf =